lundi 26 juin 2006

Résolutions

Alors que le thermomètre affiche une saison automnale. que les coeurs se font et se défont, que la fin des projets pointent le bout de leur nez et que les boulots s'éventrent les uns à la suite des autres, nous voilà en été.
Et l'été malgré l'imaginaire ce n'est pas tellement 30°C, mais une certaine nostalgie dans le rythme qui s'égraine, dans les habitudes qui se font bousculer, dans le temps qui soudain semble être passé en un instant.

Votre émission favorite est partie en vacances, la rue se vide de ses passants, le travail s'estompe doucement. Votre voisin part dans sa maison au bord de la mer avec ses trois enfants et le carré blond de sa femme et on s'imagine déjà flâner dans les rues esseulées de la capitale, des spartiates et les lunettes de soleil superflues sur le nez.

Au béton moisi de Paris, vais-je choisir le sable chaud du Portugal pour une énième épisode de réclusion?

un mois de ciné, de balades, de glaces amorino, de rendez-vous amoureux climatisé?
un mois de grasse mat, d'air pur, d'océan gelé, de solitude et de sorties nocturnes dans des clubs ibizaesques?

Match nul, on verra si le Portugal va en demi-finale.

lundi 19 juin 2006

La découverte blog du jour



http://www.deliciousdays.com


Des photos appétissantes, des recettes de gâteaux à la rhubarbe, des tartes aux asperges...


à vos bookmarks...

samedi 17 juin 2006

Lady's night

Vendredi soir


Une soirée entre filles ça se mérite et ça s'organise, d'un côté mes trois copines de facs de l'autre le duo infernal.
Une musique qui flirte avec tous les genres: The Smith, Paris combo, Air, Mira Calix

Un apero sur le balcon fait de concombre, raisins sec et jus de mangue.

Un diner autour d'une table ronde éclairé par des guirlandes:
Salade de laitue noix raisins et féta et vinaigre balsamique
tomates mozarella basilic frais avec un filet d'huile d'olive de truffe
Haricots avec un filet d'huile d'olive saupoudré d'aïl
Poulet fermier thym, basilic, poivre, aïl, bouillon de poule

Tarte compote de rhubarbe, pommes coupées saupoudré de poudre de noisettes

1H tout le monde baille, ça fatigue de papoter.
Finalement le cocktail framboises écrasées vodka ce sera pour une prochaine fois.

jeudi 15 juin 2006

Allumettes chics

Quand on s'emmerde pendant les conférences de presse, on pickpocket les allumettes



Hotel K, Costes, avenue Kléber

mercredi 14 juin 2006

Le foot

Je n'ai pas attendu comme Isabel Marant que la France gagne leur premier mondial pour regarder les matchs à la TV.
Je n'ai pas non plus attendu que le Portugal organise l'Euro pour trouver que le Foot c'est de l'adrénaline.

Alors que la Finale aura lieu le 9 juillet, j'entends tout le monde dire " font chier avec leur foot" à la radio, à la télé, dans la rue, sur internet...Moi j'aime pas le Tour de France et j'insulte pas pour autant les personnes qui regardent le cyclisme.
Mais la différence avec le mondial et le Tour de France c'est que la nouvelle mode est au "tout le monde est obligé de regarder"
Dans les cafés, à Monoprix, dans la rue, ils ont installé des écrans plats; au boulot les gens écrivent leurs articles en regardant la télé, dans la rue tout le monde commente. Le mois de juin sous le soleil d'adidas.

Je comprends que cela puisse ronger ceux qui préfèrent Rolland Garros mais la faute à qui? aux journaux qui ont décliné le mondial sous toutes ses formes ( ELLE, L'Express etc)? à M6 qui nous balance la bonne femme du séléctionneur ( version Béatrice Borloo)? à TF1 et son embargo sur tous les matchs de l'équipe de France? aux JT qui commencent par le résumé des matchs? à ceux qui passent leur temps à être grognon et à râler?


Pour moi le Foot c'est un truc de Famille comme dirait Al Pacino. Soit je regarde le match avec mon papa soit je fais le mur et je finis aux urgences récupérée par ma maman.


Alors chers grognons
je râle donc avec vous sur les 30°C, sur la pollution, sur les crottes de chien dans la rue, sur les immeubles de plus de 5 étages, sur la redevance télé, sur Villepin qui veut supprimer 15 000 postes de fonctionnaires non pas à la Poste mais dans l'éducation ( of course)...

dimanche 11 juin 2006

scènes de nuit

20H45 ligne 11
Je suis dans le métro, j'ai rencard à Jourdain. Je rentre dans le métro, je m'assoies dans l'espace de 4 sièges. J'écoute mon ipod. Tout d'un coup, le mec devant se retourne et me regarde fixement, une bonne cinquantaine de secondes plus tard, je regarde ailleurs. Genre j'ai pas remarqué que le vieux bedonnant se retournait pour me regarder bizarrement. Il se retourne, fouille dans sa poche puis se retourne vers moi en me montrant son ipod U2. je détourne le regard n'en pensant pas moins.

2H45 Noctalien N12
Je suis assise derrière le conducteur. Everything is all right. Puis tout d'un coup, j'entends un énorme cri, le bus stoppe. On avait vomi dans le bus. Beurk.

3H05 Gare montparnasse
Ipod fixé sur les oreilles. Je trace, je passe devant total, devant une demi-douzaine de SDF, de japonais qui sortent sans doute de l'hôtel, je sens une présence derrière moi. Je me retourne, un mec de 156 cm me suivait depuis la gare me parlant alors que je n'entendais rien. Après quelques propositions que vous imaginez alléchantes, je réussis à le décourager. Alleluia, chez moi y a pas de fous.

samedi 10 juin 2006

Draguez au supermarché

un scoup: 164 cm ça aide à décrocher des sourires masculins.


Il suffit de trouver une victime pas trop laide et de montrer le bout de l'escarpin en souriant.

J'ai testé.

Après une bonne poignées de minutes à attendre le vigil, je jette un oeil et aperçoit un joli garçon devant les pâtes, non loin du rayon soda.
Je m'approche, je lis un regard interrogatif et je lance avec un sourire de petite fille à couettes:

Dites ça vous embête de m'attraper le pepsi, je suis trop petite.

Et là, le regard inquiet de mon interlocuteur se transforme en un sourire olympien. les audacieuses auront chorégraphié leur attente en caisse juste derrière leur proie.

Les choses sont claires, les mecs prennent leur pied en jouant les princes samaritains.

vendredi 9 juin 2006

Souriez, vous etes filmés

Une pratique autrefois marginale qui est devenue le standard idéal des grandes villes: la surveillance.
Les fans de sarko l'adorent quand les lecteurs d'Orwell la traquent.
Beaucoup plus dangereuse qu'elle en a l'air la vidéo-surveillance ne prévient pas le crime, elle le dénonce. Les choses sont prises alors en sens inverse, pas de quoi se sentir en sécurité quand un oeil anonyme vous scrute.

Les parisiens sont filmés en moyenne 15 fois par jour, y a de quoi être effrayé

Je me suis amusée aujourd'hui à suivre ma traçabilité quelle soit d'ordre vidéo ou autre:

J'allume mon ordi, je check mes mails: fichage
Je sors de chez moi: je suis filmée par la caméra de surveillance
je rentre dans l'ascenceur: je suis filmée
J'attends le bus: je suis filmée
je rentre dans le bus, pass navigo: je suis pistée
je passe au franprix: je suis filmée dans les rayons
je paye: ma carte bleue me trahit
je sors: je suis filmée
mon portable sonne: traçée
je rentre dans la fac: je suis filmée
je reprends le bus: pass navigo: pistée
je passe à la banque: filmée
je rentre dans le ciné: filmée
je choisis ma place, mon pass me trahit
je ressors je suis filmée

et ça continue

Finalement la télé-réalité n'est pas là où on croit.

dimanche 4 juin 2006

Not in my name

Des enfants cherchés par la police.
Ca ne vous rappelle rien?



"Pour des milliers d’enfants et de jeunes majeurs, le 30 juin 2006 ne marquera pas le début des vacances d’été, mais bien le commencement d’un calvaire. En effet, à cette date, le sursis que M. Sarkozy avait dû accorder aux jeunes majeurs sans papiers scolarisés et aux parents d’enfants scolarisés tombera. Suspendues parce que les mobilisations d’écoles et de lycées se multipliaient, les expulsions reprendront.

(...)

A l’arrivée, ce sera pour la plupart l’extrême misère : pas de logement ou le bidonville, pas de travail et pas d’espoir d’en trouver. Des persécutions, parfois les plus atroces, contre ceux que la France a débouté du droit d’asile. Ils paieront pour les raisons pour lesquelles ils avaient fui et certains pour avoir dénoncé leurs tortionnaires à l’étranger. Pour les enfants, pas d’école, dans des pays où la scolarisation est un luxe. C’est ce gâchis qui se cache derrière les chiffres records d’expulsions annoncés avec satisfaction par le ministre de l’Intérieur : des milliers de vies propulsées dans l’indigence et parfois achevées sous la torture !

(...)
Cela contrevient aux lois en vigueur. Mais l’enseignement que nous avons à dispenser à nos élèves ou l’éducation que nous devons à nos enfants ne peut pas être l’exemple de la soumission à un ordre injuste. Chacun a en mémoire les épisodes où face à des persécutions insupportables, chacun a dû faire des choix. Et où ne pas choisir était choisir de laisser faire. Et pas seulement dans les périodes de dictature. Rosa Parks, emprisonnée à Atlanta en 1955 pour avoir enfreint les lois ségrégationnistes aurait-elle dû se soumettre au prétexte que ces lois avaient été « démocratiquement » prises ? Le général Paris de la Bollardière, mis aux arrêts pour avoir dénoncé les tortures de l’armée française en Algérie, aurait-il dû se taire parce que la France était une démocratie ?

Nous ne laisserons pas se commettre des infamies en notre nom."



Signez la pétition
http://www.educationsansfrontieres.org/article.php3?id_article=24#sig

jeudi 1 juin 2006

BPI for ever

Dans la queue de la bibliothèque de beaubourg, on attend collé pour pas perdre une seconde. Certains lisent, d'autres se greffent leur portable à l'oreille, d'autres racontent leur histoire de cul de la veille ... On attend 45 voire 60 minutes debout empaquetés mais impatient de s'asseoir sur les chaises grises et de n'entendre que le bourdonnement des feuilles tournées.
Et puis quand on a pas de bol, il se met à pleuvoir.
Ou pire on croise un pseudo prince Indien (voir billet de cet été) qui fait même pas semblant de connaître quelqu'un au début de la queue pour doubler tous ceux qui n'osent rien dire.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...