dimanche 25 février 2007

La vie en Edith

Après une journée sous le soleil du subjonctif, je m'octroie une pause avec Edith.


Le ciel bleu sur nous peut s'effondrer
Et la terre peut bien s'écrouler
Peu m'importe si tu m'aimes
Je me fous du monde entier
Tant qu'l'amour inond'ra mes matins
Tant que mon corps frémira sous tes mains
Peu m'importe les problèmes
Mon amour puisque tu m'aimes

Hymne à l'amour, Edith Piaf

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...