vendredi 30 mars 2007

But how small we are...

Hier soir, je trifouillais dans mes vieux CDs et je suis tombée sur l'album du premier groupe que j'ai vu en concert à l'Élysée Montmartre: K's Choice. Un groupe de pop-folk un peu niais. Avec ma copine Delphine, on aimait bien la voix cassée de la chanteuse blonde et sa guitare sèche. J'ai mis le CD dans ma chaîne, sorti le livret avec les paroles et je me suis souvenue de mes 15 ans. Je me suis surprise adossée à ma bibliothèque rêvant d'un mois de mars qui aurait pu être plus ensoleillé.

Alors, lancée dans une sorte de nostalgie adolescente, j'ai ressorti mon vieux classeur poussiéreux dans lequel je garde mes vieilles chansons (écrites à la bougie avec mon waterman alors que je pleurais un certain Sylvain). Des paroles niaises qui dénotaient déjà d'un certain goût pour le romantique: grands sentiments et larmes de crocodile. J'aurais trop honte de montrer aujourd'hui ces chansons vieilles de 10 ans, mais l'une d'elle ressemblait beaucoup à "20 000 seconds" de K's Choice, que justement j'écoutais hier soir.


"20,000 Seconds"

20,000 seconds since you've left and I'm still counting
And 20,000 reasons to get up, get something done
But I'm still waiting
Is someone kind enough to
Pick me up and give me food, assure me that the world is good
But you should be here, you should be here

How colors can change and even the texture of the rain
And what's that ugly little stain on the bathroom floor
I'd rather not deal with that right now
I'd rather be floating in space somewhere or
Worry about the ozone layer

And it's almost like a corny movie scene
But I'm out of frame and the lighting's bad
And the music has no theme
And we're all so strong when nothing's wrong
And the world is at our feet
But how small we are when our love is far away
And all you need is you

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...