lundi 26 mars 2007

Sex and the City

Éternel et canonique sujet: la sortie du samedi soir.
Deux copines célibataires, khôl et brillant à lèvres se rendaient dans le 11e arrondissement pour assister à une soirée dans une cave à l'occasion d'un triple anniversaire et pour se faire une gorgée de champagne gratis.
Parce qu'arriver trop tôt à une soirée ne fait pas parti de la bonne marche à suivre, les deux parisiennes se sont arrêtées boire un verre dans un spot branché de la rue Amelot. Alors que l'une finissait sa pomme sur le trottoir, l'autre grelotait.
C'est ainsi qu'elles se firent approcher par un type de grande taille vêtu d'une veste beige et d'un sens de l'humour particulier mais pour le moment assez léger.
Elles rentrèrent dans le pop'in, s'installèrent sous le néon rouge et commandèrent un verre, l'oeil brillant et alerte...

Le type s'approcha alors avec son pote Marcus et se lança dans une logorrhée dithyrambique ponctuée de petites caresses éparses sur le dos; sur les épaules et sur les bras, s'offrant ainsi une intimité quelque fois outrageuse.
Les deux filles ont alors tout entendu: que leur charme prussien se logeait au-delà de tout paradis perdu, que leurs yeux petillants se jouaient des étoiles.
45 minutes plus tard et deux verres de plus, les types ne ressemblaient plus qu'à des trentenaires mal habillés, insistants mais flatteurs. Le lot quotidien de Carrie, Miranda, Samantha et Charlotte, qui elles au moins, ont le droit à de beaux et riches new yorkais.
Alors que nous, même "avec nos yeux de biche" et nos "sourires irrésistibles" on frôle avec le mauvais plan à l'haleine mentos.

1 commentaire:

armeur H a dit…

Olha para aqui !
http://alicerabbit.blogspot.com/

("o maior português de sempre")

h

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...