mardi 12 juin 2007

La mémoire a des trous et un coeur

Je travaillais dimanche après-midi sur un passage d'Enfance de Nathalie Sarraute. Un roman autobiographique rétrospectif. Un peu comme Marcel et sa madeleine, j'ai ressenti des picotements du côté de mon aorte.

On regarde souvent sa vie et de là où on l'observe, elle nous semble toujours imparfaite. On aimerait effacer certaines choses, éclairer d'autres. Pouvoir changer deux / trois détails, éviter certaines erreurs. Et surtout on aimerait revivre certains moments. Ceux dans lesquels on sentait l'extase briller en nous, ceux qui encore aujourd'hui nous donnent le sourire, nous font rougir et parfois regretter le temps qui passe et le vent qui change...

Sur le sable de la plage entourée de mes cousins, un pain au lait dans le bec et mon papa qui me triture les orteils pour m'embêter. Des larmes heureuses dans un café à Saint-Malo. Le vent dans les cheveux et l'odeur de l'horizon sur une colline verte de l'île de Groix. Mon premier baiser sur la pointe des pieds dans une ville dont j'ai oublié le nom, quelques jours avant la mort de Diana. La balade en forêt interdite à 10 ans avec les voisins et mon grand frère. Quand on piquait des raisins dans les vignes et que je tenais la main de Victor dans la mienne. La plage d'Étretat en mai et le vent entre nos deux silhouettes. Le goût des lèvres, l'odeur de la peau...


Certains cherchent la beauté de leur vie dans l'avenir, elle est peut-être cachée dans leur passé?



Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...