lundi 24 septembre 2007

avec un aigle sur le dos


Je rentrais chez moi samedi soir sur mon vélo noir à stickers. Je sifflotais sur du Miss Kittin, le cœur ouvert à l’inconnu…

Je descends le boulevard raspail, zieute la Fondation Cartier de nuit et m’engage dans le carrefour Vavin avec précaution mais de manière décidée : je le connais depuis 25 ans ce carrefour. Parce que j’ai quand même eu mon permis, je connais la question de la priorité à droite et donc je m’arrête quand c’est le cas. Sauf que j’allais un peu vite et que l’automobiliste a eu peur que je ne m’arrête pas. Évidemment, en agglo, il n’est pas non plus obligé de conduire à 60km/h et de serrer autant à gauche m’enfin… Il me klaxonne avec ses copains imbibés et m’engueule ( je pige pas trop pourquoi … ) mais je poursuis mon chemin. Avez-vous déjà remarqué que ce sont ceux qui sont en tort qui vous crient dessus le plus fort ?
Je m’engage sur le boulevard montparnasse et là chose assez inédite, le conducteur du bus qui me suivait s’engage sur ma gauche ouvre sa porte et commence à me parler…
Mademoiselle, vous devriez mettre vos feux. On ne vous voit pas assez, et c’est bien dommage… C’est vrai, j’ai eu la flemme de mettre ma dynamo et pis il faisait presque encore jour quand je suis partie. Je m’exécute. ( Mais c’est aussi dangereux de parler en conduisant, monsieuuur…)
On s’arrête au feu rouge, je passe devant pour éviter de m’engoudronner les poumons. Il me sourit avec un air niais. Je soupire dans mes pensées. Et 200 mètres plus loin, il me klaxonne et ouvre sa fenêtre. Votre pneu arrière est dégonflé aussi, jeune fille…
Oui je sais, faut que je le regonfle Merci. Et vous allez loin comme ça ?
Tu vas me lâcher bordel ? Tu vois pas que j’écoute du P. Diddy là ?

Arrivée dans ma rue, je suis descendue de mon vélo et j’ai continué à pied. Un peu dégoûtée.

5 commentaires:

psone a dit…

Le fautif qui râle, c'est un syndrome bien connu. En enguirlandant l'autre d'une part on évacue son stress, d'autre part on rejette la responsabilité. Résultat, on se sent plus léger.
Cela dit cette acrobatie exige un sens moral peu aiguisé et une très haute opinion de soi-même. Typiquement le genre d'individu que j'apprécie et avec qui je me trouve instantanément un tas d'affinités ¬_¬

Quant à ce brave conducteur d'autobus (sus aux aphérèses!) il devait s'ennuyer, tout seul, sans personne à qui parler. Sous nos lattitudes on voit souvent un(e) habitué(e) de la ligne se cramponner à l'avant et saouler le chauffeur une heure durant, l'assommant de sujets aussi peu passionnants qu'existentiels. Etrangement, quand le poisson-pilote manque au décor, le conducteur se sent seul et réalise à quel point son travail le comble peu. Alors si d'aventure il remarque une jeune demoiselle l'envie lui prend de causer, surtout si la demoiselle éveille en lui quelque frisson.
Mais de manière générale tout ce qu'il cause c'est un léger énervement chez le sujet de son intérêt.
J'espère que tu ne chantais pas à tue-tête 'Come with me'...

swiss Barbudos a dit…

Si l'automobiliste t'a klaxonnée, c'est peut-être justement parce que tu n'avais pas allumé ton phare ?(au fait, tu as une lumière rouge cligotante à l'arrière ?)

Quand on se verra, rappelles-moi de t'offrir un casque de cycliste et des genouillères, au fait ;P

swiss Barbudos a dit…

Et pis on conduit pas avec un ipod (ou un portable) collé aux oreilles, en plus :P ;))

Elsa a dit…

oui je sais :( mais à ma décharge : je ne grille pas les feux rouges, je serre à droite, je contrôle souvent, je ne monte jamais sur les trottoirs et je ne prends jamais les sens interdits! ça semble banal mais je vois peu de cyclistes le faire!

Pattt a dit…

Ouais, mais si tu te viandes parce que tu n'as pas entendu venir le danger, essaye d'écouter quelque chose de mieux :-D

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...