mercredi 30 janvier 2008

Home sweet home (1)

Voici le nouveau décor de mon petit appartement parisien.

Le salon



Le bureau


La chambre


mardi 29 janvier 2008

Am I an Old maid ?

Le dimanche, on croise des gens avec des croissants, des baguettes et des fleurs dans le métro. Toi, t'as des cernes jusqu'aux genoux parce que tu bosses même le samedi soir et que ton seul moment de plaisir, c'est la caresse de l'eau chaude sur ton cerveau endolori. Je sais, je suis déprimante comme fille.

Dimanche dernier, en pleine crise de réappropriation de mon espace vital, je suis allée avec une amie chez Ikéa. Oui, vous avez bien lu, amie. Je sais bien que la sortie du dimanche chez Ikéa se fait en couple. Mais moi les Chéri, on prend le vase bleu pour le salon?, ça me gave. Faut dire aussi que j'aime pas les petits noms qui riment en i et que les vases monochromes c'est pas ma tasse de thé. En rentrant chez moi, j'ai décidé une bonne fois pour toute de bouger les meubles de mon appart, ça faisait 6 ans que mon lit n'avait pas bougé de place... ça craint, je sais.
À 1h du mat, je me suis donc aperçue que j'avais vraiment trop de livres. Alors en attendant de voir les photos de mon nouvel appart, je vous offre des bouquins.

Levez la main!

Sinon le jeudi 7 février, je fais la fête. L'occasion de vous montrer le mag pour lequel je bosse. Car moi aussi, je suis une Anna Wintour en puissance. Venez, j'ai peur toute seule dans le noir.



Et puis tant qu'on y est allez donc faire un tour chez Malice. Et ne soyez donc pas jaloux, tout le monde ne peut pas avoir autant de talent !


lundi 28 janvier 2008

L'art de la suggestion

Une petit vidéo pour finir le mois de janvier!

Notre ami Sebastien Tellier et son tube Sexual sportswear produit par Guy Manuel de Homem Christo, moitié de Daft Punk. Ce clip sombre et charnel me fait penser au Crazy Horse mais c'est peut-être une obsession. Quant à la musique, si je préfère le Tellier mélancolique de La Ritournelle, ce petit morceau très lancinant et son arrière goût eighties n'est point désagréable. C'est vrai, je vous le concède, c'est très synthétique, mais bon.


samedi 26 janvier 2008

Vodka, framboises & gingembre

Jeudi soir, j'étais invitée pour VOUS mag, à la soirée d'Arash Derambarsh au VIP. Le VIP pour les personnes qui l'ignorent est un club branché people de la jet set sur la plus moche avenue du monde, il y a des miroirs partout pour que tu vois à quel point tu es belle en Chanel et la musique est sponsorisée par M6.



A
rash Derambarsh, pour ceux qui l'ignorent aussi et il y en a beaucoup, est éditeur chez Le Cherche Midi. Il claque la bise à Borloo, aime être pris en photo avec son pote Jean Roch, roule pour Obama et rêve de faire mieux que Nicolas. En quelques mois, il a fait croire aux média français qu'il avait été élu président de facebook. La presse aveuglée par le scoop facile et le gros titre a plongé. le pot-aux-roses enfin découvert, ils rispostent un peu tard et maladroitement à coup d'interviews musclées et mal renseignées. Pour VOUS mag, il revient sur la création de ce buzz et sur ses objectifs hyper altruistes du genre "conquérir le monde et tuer tous les méchants".

Je suis donc allée rencontrer la bête après l'avoir eu au téléphone pendant 45 min. 170 cm de nerfs et une tendance compulsive pour la drague, ce frêle brun a tout de son idole: la mégalomanie, le narcissisme et un talent sans égal pour la communication.
Moi, il me fait rire. Et s'il n'était pas si politisé, il me plairait presque tant son capital sympathie rayonne sur son visage.

Conclusion: Le VIP c'est nul mais leur pink-cocktail déchire vraiment.

vendredi 25 janvier 2008

Deviens ce que tu es ... ou pas.


Je ne sais plus où je l'ai trouvée, mais je l'aime bien cette image...
Elle me rappelle quelqu'un ...

Tiens demain, je vous raconte comment j'ai assisté à une soirée privée pour l'intronisation du "président" de Facebook. Pactiser avec l'ennemi, y a que ça de vrai. Niark ! niark !


jeudi 24 janvier 2008

Prise de conscience au BHV

Je ne suis pas du tout dessinatrice mais j'aime bien gribouiller de temps à autres en parlant au téléphone, comme tout le monde quoi. Ma lecture assidue de blog BD m'a donnée des idées. Alors voilà mon premier strip. J'ai pas de scanner donc j'ai photographié mes dessins un peu à l'arrache. En tout cas, c'est bien drôle de se prêter au jeu.


mercredi 23 janvier 2008

Je mange du soja en buvant du coca. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez moi.

Aujourd'hui, je vais faire de la réclame pour ma meilleure amie. Elle joue dans une pièce formidable à la Maison de la Culture de Bobigny. C'est un montage de textes sur la ville, de Paris à Bobigny... c'est gratuit, c'est court et c'est à 19h. Moi, j'y vais samedi, tu peux te joindre à moi ça me fera plaisir.



"Chroniques de bord de scène"
Du 25 au 29 Janvier
à 19h (sauf dimanche 27 à 15h30)
Salle de répétition

Théâtre de la MC93 de Bobigny
M° Bobigny - Pablo Picasso. Ligne 5. Pour aller jusqu'au théâtre, suivre l'indication MC93 ou Maison de la Culture de Bobigny. Il se situe à une dizaine de minutes à pied du métro.
Réservation au 01.41.60.72.72

mardi 22 janvier 2008

Dans le confort douillet du lit

Il y a des jours comme ça où on resterait bien au fond du lit, entre l'oreiller tiède et les plis chauds de la couette. Le réveil sonnerait mais chez le voisin, et le soleil bosserait tout seul dans son coin pour une fois.

L
e manque de bol a commencé tôt, ce matin. Il faisait encore nuit que je lâchais déjà mon thé chaud sur mon pied droit. Je partais rapidos en oubliant la moitié de mon sac sur mon bureau...


Arrivée devant mon ascenseur, ma voisine esquisse un sourire en s'apercevant avant moi que je suis en chaussettes vertes et non pas en baskets comme d'habitude. Je reviens chez moi, je me marre toute seule devant ma glace et je chausse mes stan smith. Je repars enfin. Je manque mon bus de justesse et ça, ça m'énerve bien. J'avais qu'à prendre mon vélo. Le reste de la matinée se déroule paisiblement, je m'installe devant un beau brun à la bibliothèque, je bosse. J'ai oublié mon Yop à la framboise, tant pis.
Je croise une des journalistes que j'exploite avec sadisme pour lui donner un dictaphone ... que j'ai oublié chez moi, évidemment. Tant pis, on boit un café. Mon cousin m'appelle le sourire aux lèvres pour m'inviter à son mariage. Super, ce petit connard mignon comme un coeur, qui habite en couple avec une plantureuse blonde, a un boulot super et qui est plus jeune que moi. Un mariage le 19 juillet, un autre le 13 septembre. Mes cousins se marient et moi je bois du coca light.
Je fulmine, je retourne bosser.
19h, un petit tour chez Gibert et je rentre chez moi. Dans ma boîte aux lettres ma mutuelle qui refuse de me rembourser 150 € de frais d'hosto et la RATP qui refuse de me rembourser les billets que j'ai utilisés alors que ma carte navigo était en rade. Motif: 21 jours à partir de la date d'envoi du dossier. À un jour près, bande de bâtards.

Et pour finir, mon ascenseur est en panne: 14 étages à pied avec un sac à dos aussi lourd que deux chimpanzés.

Qui dit mieux?

lundi 21 janvier 2008

Avouez votre flamme !

Avec mon meilleur pote on cherchait des manières de dire à quelqu'un que tu finirais bien la nuit sous sa couette et sous lui. Un exercice de style périlleux.

P
arce que faut bien l'avouer: ce n'est pas facile surtout quand ton prénom rime avec timidité.
Au début, on trouvait des phrases chic et choc du style "Cher Gustave, j'aimerais bien humer l'odeur de ta peau post-coït" et puis ça a finit par des trucs complètement dingues, absurdes qui peut-être ne feront rire que nous du genre: "Cher Baptiste, J'aimerais bien compter tes dents avec ma langue". On s'est vite rendu compte de la difficulté d'un tel exercice. Mon pote suggérant une attaque plus frontale: "Merde, t'as pensé aux capotes ?" quitte à avoir l'air très con. Moi suggérant de ne rien faire, ah bah c'est qu'on est pas connu pour être courageux, nous, les portugais.

© Egon Schiele

Résultat ? Ce brainstorming amoureux n'a pas servi à grand chose. Sauf que vous venez d'échapper grâce à lui à un papier sur les flics racistes aux frontières. Finalement, riche de cette nouvelle expérience, je me suis dit que pour un lundi de janvier, on aurait besoin d'un truc plus arc-en-ciel. J'ai bien fait non ?

dimanche 20 janvier 2008

L'argent décomplexé

Je lisais un blog que je ne citerai pas ici afin d'éviter de déclencher une guerre diplomatique mais puisque la personne a effacé mon commentaire, je me permets de vous le publier ici.

La problématique du jour se résument à quelques phrases de cette jeune bloggeuse:

"Cà fait un moment que je sens un malaise dans cette société qui nous entoure : maintenant il faut presque s'excuser d'avoir de l'argent et de se faire plaisir avec... Je n'aime pas les chaussures en plastique, c'est pas un crime. (...) On dirait qu'être pauvre c'est tendance, et que ceux qui ont de l'argent (ou du moins qui en profitent parce qu'ils n'ont pas déjà pondu 3 gosses et qui ne banquent tous les mois pour la nounou) sont pointés du doigt..."


Le problème ne se situe pas vraiment dans la honte d'avoir de l'argent et de le dépenser ... Certaines personnes sont parfois juste contentes de pouvoir se payer un pull dans l'année. Qu'il ait été tissé par des moines Shaolin sur la barrière de Corail, ils s'en foutent un peu, je crois.
Une de mes amies d'enfance Anita travaille dans les champs du nord du Portugal depuis qu'elle a 9 ans pour pouvoir manger. Si mon père n'avait pas immigré, j'aurais eu le même destin. Alors oui, aujourd'hui, je peux me payer un Mont-blanc à 325 euros. Je sais ce qu'il m'a coûté, je sais ce qu'il vaut, je sais que certaines personnes n'ont que ça pour vivre, le problème n'est pas là.
Si les riches sont riches tant mieux pour eux, on leur demande juste de se rendre compte de la chance qu'ils ont. Et non, être pauvre n'est pas tendance. Etre pauvre c'est triste, c'est injuste et ça ne devrait pas exister. Ca me tue autant d'obscénité...

J'espère que je n'oublierais jamais d'où je viens, en tout cas, parce que ça fait peur de voir ce genre de choses...

samedi 19 janvier 2008

Pour le meilleur et c'est déjà suffisant

On parlait de bagues, on a fini par parler de mariage. Mon pote S. me lance alors cette question presque de rhétorique. Ne comptes-tu pas te marier un jour?
Voici la suite de la conversation presque socratique...

Moi: Non.
Lui: Même si tu trouves l'homme de ta vie ? Que vous prévoyez d'avoir des gosses et tout ?
Moi: Il y aura une étiquette avec écrit "homme de ta vie" avec un code barres et tout? Parce que ça m'intéresse de savoir ! Comment tu sais ce genre de chose? Quand t'es amoureux tu crois toujours que tu ne trouveras jamais mieux, que tu ne retomberas plus jamais amoureux mais au final, c'est faux.
Lui: Tu es bien désabusée ! Il y a une différence entre être amoureuse et planifier sa vie avec quelqu'un, prévoir famille enfants etc.
Moi: Mais tu ne sais jamais ce qui peut se passer !
Lui: Le truc que tu fais pas avec 50 personnes dans ta vie en général.
Moi: Tu te dis que tu vas construire avec cette personne parce que tu l'aimes, que tu la respectes et que tu vois un avenir commun... mais c'est elle comme ça pourrait être une autre. C'est une histoire de rencontre.
Lui: La décision, c'est en cas de crise se dire: "est-ce qu'on surmonte ensemble ou est-ce qu'on arrête là ?"'Et y a toujours des crises !
Moi: Il y a différentes formes de crises, différents types d'égo, différents types d'excuses et de vécus. Mais je suis vraiment pas pour affirmer que je serais là contre vents et marées. Tu peux avoir deux "personnes dans ta vie"mais c'est quelque chose que tu ne sais que dans ton cercueil... si tu le sais, et si cette notion est considérée comme acquise.
Lui: Donc pour toi le mariage est une institution qui devrait disparaître ?
Moi: C'est un choix qui rassure certaines personnes parce qu'elles ont l'impression de s'appartenir grâce à un serment public, grâce à un bout de papier tamponné et devant seigneur état. Je n'ai pas besoin qu'on vienne applaudir mes choix.
Lui: Ce n''est pas que ça, c'est aussi une reconnaissance civile du couple.
Moi: Je trouve ça malheureux d'avoir besoin d'être reconnu pour aimer sur ses deux oreilles, je trouve ça pathétique presque, c'est dire.
Lui: Donc t'es contre le PACS aussi?
Moi: Je m'en fous de ces trucs à la con ... mais après c'est le choix de chacun. Moi, j'ai pas besoin de dire au monde entier que j'aime machin, j'ai pas besoin de lui promettre de l'aimer devant d'autres. Ca regarde qui? Nous deux et c'est tout. Mais bon, je suis pas contre pour les autres.
Lui: Tu devrais faire un billet dessus sur ton blog.

C'est maintenant chose faite.

vendredi 18 janvier 2008

Les yeux dans ses yeux et la main dans sa main


Egon Schiele, Die Jungfrau


Un petit garçon de 11 ans m'a dit ce soir:
"On ne connait pas de chagrin d'amour quand on dit à la personne aimée qu'on l'aime au bout de 3 semaines. Moi, je fais ça. Je ne tiens pas plus de 3 semaines avant de lui dire qu'elle me plait. Je n'ai pas le temps d'être malheureux, comme ça. Marion m'a dit que j'avais des beaux yeux. J'ai beau les regarder je ne les trouve pas différents de ceux des autres mais c'est parce que c'est dans le regard que ça se passe."

mercredi 16 janvier 2008

Chères études ?

Aujourd'hui, j'ai été chiffonnée par cette histoire de fille qui s'est prostituée pour payer ses études. Laura D. raconte dans un bouquin très médiatisé ses mois de disette, ses galères pour payer son loyer, manger à sa faim, acheter de quoi se mettre un truc sur le dos et surtout sa solution: la prostitution. Mais, y a un truc qui me barbouille les neurones et qui me met mal à l'aise dans ce témoignage. Parce que moi le statut étudiant, je connais bien, je le pratique depuis 9 ans et mes parents ne m'ont jamais aidée et je n'ai jamais fait escort girl.

La fac en France c'est 300 euros d'inscription parmi lesquels plus de la moitié revient à la Sécu. Si tu habites une autre ville que tes parents, tu as un droit quasi-automatique à une bourse. Tu peux avoir des logements HLM si tu en fais la demande et au CROUS la bouffe, c'est 3 euros pour un repas complet. Il y a deux types d'aides: la bourse sur critères sociaux et une sur "mérite" quand t'as des mentions et que tu portes des cols claudine et du bleu clair.
Laura D. affirme dans son bouquin que malgré le fait que ses parents soient smicards elle n'a jamais eu le droit à une bourse. Bof. Mes parents gagnaient un tout petit plus et j'ai eu le droit à une bourse de ma ville. Pas grand chose mais c'est déjà ça quand tu comptes tes centimes pour t'acheter une baguette.
D'autre part, l'université est réputée pour ses horaires flexibles comparée aux écoles de commerce, aux écoles d'ingé et aux prépas. Avec 20h de cours par semaine, tu peux bosser à côté. Macdo, Fnac et compagnie regorgent d'étudiants qui bossent le samedi, le soir jusqu'à dix heures et pendant les fêtes et les vacances. En maîtrise, je faisais mes matinées à la Sorbonne et mes soirées et samedi à Monoprix. Le reste du temps, je faisais du baby-sitting, je donnais des cours de français. Je récoltais mes sous partout. Bah ouais, j'étais sur les rotules, mais je pouvais payer mon forfait de téléphone et même sortir au théâtre.
Le système est imparfait mais il tend à être le plus juste possible (malgré cette putain de loi LRU). L'université est ouverte à tous sans sélection d'entrée et presque gratuite quand on regarde les autres pays. En France, on a la chance d'avoir une centaine d'aides nécessaires et essentielles: APL, allocations familiales, Bourses, HLM, etc. En France on accorde encore un tout petit peu ( mais pas pour longtemps) une importance au savoir.

En lisant son témoignage, j'avais juste l'impression qu'elle se prostituait encore une fois de plus. Que la misère étudiante devenait un nouveau coup de marketing, un fond de commerce pour faire pleurer les chaumières et donner du grain à moudre aux talkshows putassiers qui abreuvent notre espace télévisuel. Parce que oui, la vie aujourd'hui est dure. Les pauvres sont plus pauvres et les riches sont plus riches encore. Mais merde combien de mères célibataires, combien de familles sous le seuil de pauvreté, combien de jeunes travailleurs auraient aimé avoir la possibilité d'avoir accès à des bourses pour pouvoir vivre un tout petit peu mieux. Parce qu'être étudiant, c'est encore un privilège et il ne faut pas l'oublier.


Tout est pourri en Sarkozie

Mon café de ce matin n'est pas bien passé. Explication.

Deux étudiants paient très cher leur grève contre la loi Pécresse

"L’histoire pourrait s’intituler «faire obstacle à la contestation étudiante, mode d’emploi». A l’occasion d’un mouvement, par exemple celui contre la loi sur l’autonomie des universités de l’automne dernier, identifiez d’abord les étudiants grévistes les plus en vue. Facile, ce sont ceux qui parlent le plus aux AG et ceux qui répondent aux questions des journalistes. Puis, débarquez chez eux au petit matin, mettez-les en garde à vue pendant quarante-huit heures, mettez-les en examen et placez-les sous contrôle judiciaire. Avec interdiction formelle de retourner à la fac, de parler à leurs professeurs, de communiquer entre eux et de sortir de leur département, en l’occurrence, les Pyrénées-Orientales. Si possible, prenez ces mesures juste avant les vacances de Noël, par exemple un 21 décembre 2007. Menez aussi une perquisition à leur domicile, en emportant l’ordinateur au passage. Demandez-leur leur ADN. Comme ils vont refuser ce fichage, cela fera un chef d’inculpation supplémentaire."

Carole rap , Libération du 16/01/2008 - la suite ici

mardi 15 janvier 2008

para papa paa pa laa la

Mini-chroniqueuse pour Original Platypus (le site de mon Franck adoré), j'y concocte des top five aussi savoreux que possible. Je me donne du mal, je vous assure. Je parcours Youtube, je colle des post-its avec des noms bizarres et des trucs à retenir sur mes murs. Je fouille le net et ses moindres recoins.

Le top five ci-contre a été difficile à faire non pas parce que les noms cités sont inconnus ou que les chansons sont méconnues mais parce que c'est vraiment pas ma came comme on dit dans les milieux branchés.

Les 5 music-vidéos les plus nases.


Accrochez-vous, c'est du lourd.


1. Clara Morgane, Sexy Girl
Clara, c'est la star du calendrier de Playboy. Avec sa frimousse de girl next door et sa bouche pulpeuse, miss Morgane explose les scores de vente de DVD X et de pages centrales. Côté musique, c'est un tout petit plus léger un peu à l'image de ses tenues vestimentaires d'ailleurs. Du synthé lourdingue, une chorégraphie vraiment vraiment mauvaise, des paroles d'adolescentes attardées et une mélodie juste nulle. Un truc qui fait du bien à l'égo.


2. Tony Parker, Premier Love
Tony, c'est le roi du stade. Le petit français roi de la NBA. Ivre de succès, il s'est lancé dans le r'n'b sucré. Premier love, une chanson en franglais qu'on aimerait ne jamais avoir écoutée. "De cupidon t'étais la flèche, j'étais le coeur. (...) si tu tombes je tombe, j'étais Clyde, t'étais Bonnie". Je crois que même à 14 ans j'écrivais pas des trucs aussi nul. Retourne au ballon, Tony. ( ce qui est ouf c'est que mon "premier love" s'appelait Tony, j'en ai froid dans le dos.



3. Mondotek Alive
Je me bats bec et ongles pour que le numéro 3 de VOUS mag se fasse sans la techtonik. Cette danse de crétins prônée par des débiles en collants dorés, jean slim et gel dans les cheveux. ça se passe de commentaires, je crois.



4. Priscilla - Regarde-Moi (Teste-Moi, Déteste-Moi)
Alors je dois avouer avoir été bien aidée pour celle-là. Voici une chanson d'ado un cran au dessus de Lorie. Esthétique, recherchén exigent comme j'aime. Je crois même que je vais apprendre les paroles par coeur tellement c'est beau.



5. Spice Girls, Say you'll be there
Allez un petit retour dans les années 90. Elles sont 5 et anglaises, mal habillées, vulgaires et ne savent pas chanter? ce sont.... les spice girls! bravo. Danc ce clip romancé, elles prennent un air inspiré en jouant les catwomen: le vinyl est serré, les seins silliconés, le playback surjoué à outrance. Mais je ne sais pas ce qui est le pire le script raté ou bien leur chorégraphie de lutteuse de catch... hum ...






Maintenant, je saigne des oreilles...

lundi 14 janvier 2008

Misanthropia

En mode flemmarde ces temps-ci, je m'octroie le droit de laisser mon vélo dans son garage et de prendre le métro avec un bon bouquin et mon ipod branché sur du Nina Simone. Et ça tombe bien parce que je dois bien l'avouer: j'adore le métro. Je m'y découvre un réel interêt pour la sociologie et bien que légèrement agoraphobe, je m'y plais, dans ce monde souterrain. Je détâche très souvent mes yeux de mon livre pour observer les manies de mes contemporains et souvent, je découvre rassurée qu'il y a vraiment plus timbré que moi.

Jeudi - Duroc ligne 10 direction Cluny, un jeune guitariste entre dans la rame. Mal rasé, les yeux azurs et les cheveux aux épaules. Devant moi une blonde cendrée d'environ 50 ans, les traits marqués, le rouge à lèvres carmin et les boucles d'oreilles à clips, laisse échapper un long et désagréable soupir. Elle plonge aussitôt dans son sac et sort une paire de boules quiès pour échapper au Beatles revus et corrigés par Romain, 27 ans, chanteur itinérant. Ce qui m'a choqué ce n'est pas tant son geste misanthrope mais l'aspect préparé de celui-ci. Comme-ci ces 5 minutes de musique allaient lui être insupportables. Faut pas exagérer non plus.

À force de se protéger de tout et de tout le monde, on finit par devenir aussi sec que des langues de chat. D'ailleurs, il n'y a pas de secret, elle lisait Le Point.

jeudi 10 janvier 2008

C'est aujourd'hui !



VOUS mag est dans les bacs!

Si tu ne le trouves pas dans ton kiosque chéri, tu peux te l'offrir sans faute dans un RELAY de gare SNCF ou RER ou dans un bureau de presse quelconque.
Au sommaire de ce nouveau numéro:
Les jeunes danseuses du Crazy Horse, le duo français Cocoon, L'atelier Beau Travail, la dessinatrice Marguerite Sauvage, le comique Max Boublil, le musicien et DJ Cabanne... et autres coups de coeur !

C'est 3€50 mais c'est promis avec seulement 3% de pubs à l'intérieur !

Bonne lecture et merci à tous de votre soutien!

mardi 8 janvier 2008

Lovely day

Sometimes in our lives we all have pain We all have sorrow But if we are wise We know that there's always tomorrow Lean on me, when you're not strong And I'll be your friend I'll help you carry on For it won't be long Til I'm gonna need Somebody to lean on Please swallow your pride If I have things you need to borrow For no one can fill those of your needs That you don't let show... ©

Aujourd'hui, j'ai combattu ma timidité maladive et j'ai parlé à haute voix devant une trentaine de personnes. Mes genoux claquaient sous la table et j'avais les mains qui tremblaient mais je l'ai fait. Il y a toujours un tas de trucs pour lesquels on doit se faire violence. Ca ne devrait pas être le cas et pourtant.
Dire à ton banquier que quand même il a abusé sur les agios ce mois-ci, avouer à machin que t'as très envie de lui caresser la main en écoutant du Bill Withers, crier haut et fort que t'as une table et des chaises sur ton balcon et pis c'est tout.

Et les jours de petite forme comme aujourd'hui, j'ai un remède sans faille: un petit disque de soul sur la platine et du sauvignon frais. ça remplace pas un plongeon dans la mer Égée ou une heure dans un hamman mais c'est pas mal.




© Lean on me, Bill Withers

lundi 7 janvier 2008

Non, la laideur n'est pas subjective

Ce matin dans le métro parisien, j'ai trouvé une nouvelle idée de Top Five. Alors bien sûr j'avais dit que le top 5 des morning-songs serait un one shot mais j'avais menti. ça vous apprendra à croire tout ce qu'on vous dit.

5 trucs de fille overmoches

Juste un détail et c'est foiré, t'as l'air d'une grand-mère ou pire d'une photo sortie tout droit du téléloisirs de mars 1994. Je voudrais pas faire ma parisienne mais il y a encore plein de filles qui font des suicides vestimentaires et autres. Moi, ça me fait saigner des yeux de voir autant de mauvais goût. À mort le chouchou et les imprimés léopard!



1. La french manucure
Un truc qui te fait ressembler à un mannequin en plastique et à une pouffe en même temps, ce qui n'est pas incompatible, c'est vrai. T'as les doigts plus lourds, une gestuelle de pétasse et vraiment y a rien de moins naturel que l'espèce de bande blanche au bout de l'ongle. Plutôt courir le dimanche matin que de porter un truc pareil.

2. La bijoux en or
Ta grand-mère portait sa croix sur une chaîne dorée, ta mère à cinq bagouzes avec émeraude en forme de poire incrusté et tout le bordel? Oui, mais pas toi. Parce que les fines bagues Maty en plaqué or c'est aussi trendy que les chaussettes snoopy. Mais si tu veux avoir l'air d'une quinqua à 25, c'est ton choix.

3. Les mèches
Il y a des filles qui persistent à se faire des mèches rouges sur toute la chevelure. Ecoutez-moi bien une bonne fois pour toute: C'EST MOCHE. Si Tony&Guy le pratique c'est avec dextérité mais Jessica de chez Jessica coiffure n'a pas fait l'école Boule et son rouge cramoisi qui vire au orange est juste à rayer de tout pantone. Si si, j'insiste.

4. Le rouge à lèvres nacré rose
Le fond de teint aqueux dégouline souvent sur les lèvres nacrées de rose. C'est une question de texture plus que de couleur encore que. Mais c'est comme ça, tout n'est pas permis dans ta palette de maquillage. Leur alliage dénote souvent d'un certain sens du mauvais goût. Si tu as des lèvres fines, c'est pire.

5. Le string
Oui. Le string est mort. Si tu n'as pas encore compris ça il est temps de t'acheter un magazine ou de sortir la tête des Feux de l'amour. Depuis Lost in translation, on a enfin compris que le sexy résidait dans le subtil et dans le femme-enfant démon pas dans les pliures de tissu synthétique. Alors ton string qui dépasse de ton jean bleu clair stretch à lacets, c'est fini tu entends???


Je me suis vraiment fait violence pour illustrer ce sujet...

samedi 5 janvier 2008

Give me five

L'unique blog que je suis religieusement à part celui de Pénélope s'appelle La superette. Ils sont drôles, jeunes et beaux et avec eux tu as envie de jouer dans Amour, Gloire et Beauté. Pour fêter la mort de 2007 et la bar-mitsva de 2008, ils ont concocté une série de top un peu à la High Fidelity. Je m'exécute à mon tour for one shot.

5 morning-songs


Le matin c'est chiant. Tu t'es couché tard la veille et l'odeur du métro te donne la gerbe. Fais pas le chonchon, y a des zics exprès pour ton cas.
Tu peux mater les clips en croquant tes miel pops, c'est permis aussi.

1. Yaël Naïm, New Soul
Sorti le 22 octobre dernier, l'album mélancolico-folk de Yaël Naïm et David Donatien mêle l'hébreux à l'anglais, les chants d'oiseaux au piano . C'est mignon et ça sent bon le muguet. Seul hic, le refrain de cette belle franco-israélienne signée chez Tôt ou Tard colle comme du chewing gum à la fraise. Alors si tu chantonnes lalalala sur la ligne 13, faudra pas venir se plaindre.





2. Montt Mardié - Highschool drama
Découvert grâce à La superette, ce petit clip de couloir fait son petit effet. Le monsieur à la voix de fausset s'appelle David Pagmar, il a 23 ans et nous vient de Suède, de Stockholm pour être plus précise. Son deuxième album pop intitulé Clocks vient de sortir chez Hydris Records et c'est bien. Dans ce clip très home made, y a de la boule à facettes comme j'aime, de la mise en scène pourrie et des lunettes sixties comme on n'en fait plus. Pareil, si tu l'écoutes plus d'une fois, t'auras le refrain dans la peau alors fais attention.



3. New Order, Ceremony
Un peu moins folk et sucré et beaucoup plus rock que les précédentes, voici my favorite song de New Order. Un live qui a eu lieu à NY et l'année de ma naissance, ça le fait je trouve. À l'origine écrite par Joy Division, elle figure sur le premier album de New Order, Movement sorti en 1981 après le suicide de Ian Curtis.




4- Leslie and the Ly's, Islands In The Stream - Live In Nashville.
Une petite tranche de rigolade entre la tartine beurrée et le café noir, ça ne se refuse pas. I introduce you Leslie Hall from Iowa née en 1981 ( tiens encore une?). le mauvais goût gras made in US, que c'est tellement kitsch que ça en devient hype. Cours donc acheter ton legging doré chez American Apparel et sort tes lunettes mouches fumées. D'ailleurs sache-le son premier album sorti en 2004 s'appelait Gold Pants. Je n'invente rien !
Thx to Frankie





5. Bob Marley, Get up Stand up
C'est pas de l'inédit ni du sorti de derrière les fagots mais c'est une musique de circonstance. Une chanson qu'on devrait chanter en début d'année à la place de la lettre de Guy Môquet. Get up Stand up ! Don't give up the fight ! Sans compter que Bob est une définition du mot sexy et que les perles de sueur sur sa sublime peau noire en live dès le matin, c'est chouette. Vraiment chouette.




vendredi 4 janvier 2008

à bientôt Franckie !

I'm rollin' slow - I'm doing all I know
I'm tellin' myself I found true happiness
That I've still got a dream that hasn't been repossessed
I'm rollin' slow, goin' where the wild roses grow
Bob Dylan


Bon voyage mon petit coeur en pâte d'amandes !


Gare au gorille !

Mon immeuble est une copropriété de vieux bourgeois à lunettes et aux chemises trop serrées. Plus réac tu meurs, plus conservateurs, tu te momifies. Donc pour éviter de parler à mes voisins dans l'ascenseur, j'ai élaboré plusieurs méthodes. Il y a l'ipod dans les oreilles; le "je regarde mon portable sous toutes les coutures", l'attrait soudain pour la pub glissée dans la boîte aux lettres et le grand classique: l'hypnose des boutons d'étage. J'échappe ainsi souvent à des conversations stériles et à un fulminement urticairdique.

Ce matin j'ai donc eu le droit à une lecture hyper attentive d'une affiche du syndic pour éviter d'avoir à parler avant 9h à un être humain. Je découvre consternée la nouvelle trouvaille de ces vieux croutons pour me faire chier.

Dans les épisodes précédents. Dans mon immeuble, tout le monde doit avoir le même paillasson. Oui, le truc qui ne sert à rien devant ta porte. Un rectangle kaki et bordeau d'une taille précise. Après plusieurs menaces, j'ai cédé et acheté la dite chose. Je pensais qu'ils allaient en rester là. J'étais naïve.
Vint ensuite le passage obligatoire du mec qui vient zigouiller les cafards, ça c'est cool. Ma porte est grande ouverte. Et ceci même si je dois fourguer ma clef plusieurs fois de suite parce que ces débiles se gourrent deux fois de produits. Bon.

Puis maintenant ils ont décidé qu'on aurait plus le droit de stocker des trucs sur son balcon. Putain de bordel de nouilles, je suis chez moi ou merde? Parce que mon balcon c'est un peu mon débarras, ma cave et ma deuxième pièce en même temps. Je suis donc mal barrée surtout que j'ai zéro moyen de dégager mon bordel et de le caser ailleurs. Et parce que ce serait pas drôle sinon, l'affiche de mon cher et tendre syndic spécifiait que toute personne contrevenant aux ordres du comité aurait son nom affiché et sa culotte baissée devant toute la classe avant d'être l'objet d'une plainte. Oui, vous avez bien entendu. Youpi ! Sarkozy in da place.
Je me suis mordue l'intérieur de la bouche pour ne pas laisser un post-it supra-ironique appelant à la délation de son voisin.

Vivement que je me casse de cet immeuble, de cet arrondissement, de cette rive.


Car accident

On le savait déjà tous, le 31 est un jour mortel sur la route. Malheureusement, Rodrigo n'a pas échappé aux statistiques. C'est un hommage à un ami blessé que je rends ici. Qu'il se remette vite, malgré tout. Rodrigo, on t'aime.

Avant


Après



jeudi 3 janvier 2008

24h dans la vie d'une bobo parisienne

Depuis mon coming out bobo, j'ai tenté de redresser la barre mais quelque fois j'échoue et en regardant derrière moi ou sur moi, je me rends compte à quel point je suis touchée par le virus.

Aujourd'hui par exemple, après un thé au jasmin vite englouti sur mon balcon, je suis allée avec Gé faire quelques longueurs dans une piscine rive gauche. À 14H, on a croqué un bagels assises sur un banc avant de faire un tour du côté de la poussière d'Emmaüs. Une poignée de disques et un Mauriac plus tard, je passais chez le maraîcher bio pour me faire une petite soupe d'hiver en écoutant du Brassens. Pitié aidez-moi!

Et comme je suis un monstre de gentillesse, voici la recette de ma soupe qui déchire vraiment sa race comme on dit quand on porte un bonnet péruvien.


En vrac dans une casserole puis dans le mixer:
Trois petites pommes de terre
un bouillon poule/herbe de provence - jardin bio
une demi-courgette
un navet
deux brins de roquette
un mini poignée de petits pois
trois petits bouts de parmesan
le tout saupoudré de curry




mercredi 2 janvier 2008

Le jour se lève enfin


Beaten thursdays, Prefuse 73



2007
n'a pas été pour moi un grand cru. J'ai sacrifié mon 31 pour un concours que j'ai raté 7 mois plus tard. J'ai vécu un mois de mars plus noir que le charbon. J'ai essuyé quelques revers. J'ai enterré une amie. J'ai tourné sept fois ma langue dans ma bouche. J'ai éteint ma Télé. Sans compter l'élection du nain, sacré uppercut.
D'un autre côté, 2007 a été un drôle de tremplin pour un sacré nombre de choses. Comme si ce fameux mois de mars et ce mois de juillet désastreux avaient sensiblement modifié le mouvement de mes pas sur ma petite planète. Ma façon de l'appréhender aussi.
Au final grâce à toutes ces emmerdes, j'ai (enfin) commencé un roman, je suis partie à l'autre bout de l'europe me baigner dans l'eau turquoise, j'ai fait de vraies rencontres et j'ai décidé qu'il fallait qu'on arrête de me faire chier (c'est en cours de réalisation ça).
Comme quoi l'adversité peut avoir du bon, des fois.

En 2008, Je traverse l'atlantique. Je pars 10 jours à New York chez une des belles rencontres. J'en rêve depuis que j'ai l'âge de regarder des cartes postales. C'est dire si je l'attendais cette année 2008. Elle a interêt à être à la hauteur de mes espérances.

Et puisqu'on y est, qu'elle vous soit aussi belle que vous le souhaitez.
Il me reste donc à vous proposer de belles révolutions et non pas de bonnes résolutions et le tour est joué.


mardi 1 janvier 2008

2008 avec Vous


Dans les kiosques le 10 janvier 2008.
Dans les coulisses du Crazy Horse
Rencontre avec L'atelier Beau Travail
Portrait de Cabanne
Une critique de l'album BD de Pénélope Jolicoeur
Des chroniques ciné, musique, littérature ....


vousmag.com

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...