jeudi 28 février 2008

Look outside at the raincoats coming, say OH

4 petits new yorkais qui font de la musique qui secoue.
C'est Vampire Weekend signés chez XL recordings.

Johanna drove slowly into the city
The Hudson River all filled with snow
She spied the ring on His Honor's finger
Oh-oh-oh


Vampire Weekend, A-punk


mardi 26 février 2008

Marcher, courir, sauter, respirer ...

© Xavier Servettaz

Je reviens de Paris. De toute façon, j'étais conquise d'avance. Paris comme actrice principale et Erik Satie sur la BO, un film idéal sur le papier. Réussi sur l'écran.
Alors que je rentrais, une phrase me trottait dans la tête. Vers la fin du film, Romain Duris, au seuil de la mort et très lucide quant à l'urgence de vivre vraiment, fait danser et pogoter ses neveux de 8 ans sur du punk en leur disant:

Allez allez on y va. À fond, à fond. Par la tête et dans tous les sens.
On en profite.
..

Justement. Je voulais dire ça à mes amis. Moi aussi.

vendredi 22 février 2008

Dis Elsa, tu te fous de ma gueule ou bien ?!

Cliquez sur le dessin pour le rendre beau et grand et lisible.

Un grand merci pour le scan du dessin et un gros-bisou-soyons-fou à mon patron, moins jeune d'un an mais toujours fringant depuis aujourd'hui.
C'est le patron le plus funky et le plus cool du monde et de l'univers, si si je vous assure. Alors hommage à lui !

Ayé c'est fini la lèche, vous pouvez continuer vos activités.

jeudi 21 février 2008

Confession intime


Zéro news depuis une semaine de monsieur D.
Conclusion: Il ne faut jamais coucher le premier soir.

Fuck, je le savais pourtant... mais quelle dinde, je suis !

mercredi 20 février 2008

six fois six ça fait trente six



Malice m'a tagguée. La vilaine.
.

#1. Je suis incapable de m'endormir si j'ai froid aux pieds. Alors dans ces cas-là je mets des chaussettes. Et oui. C'est pas du tout glamour.

#2. Je collectionne les carnets vides ou griffonés. En fait c'est plutôt que si je rentre dans une papeterie, je dois forcément ressortir de là avec un carnet ( même si j'en ai déjà plein... )

#3. Je sors rarement de chez moi sans un petit coup de mascara et sans m'être brossée les dents et la langue.

#4. Je suis ue vraie geek. Mon premier geste le matin c'est d'allumer mon macbook.

#5.
Je ne fais pas mes comptes, je lis rarement mes relevés de compte. je vis en total free style en alternant les grandes folies et les grosses frustrations. C'est débile.

#6.
Je prends ma douche du matin, le soir. Parce qu'en fait depuis que je suis petite, je ne trouve pas ça pas très logique de me laver de ma journée, le lendemain et puis faut dire que vu que je suis systématiquement en retard le matin ça m'économise du temps.


Bon voilà je me suis exécutée. Franck va encore trouver de quoi se marrer comme un manchot mais bon voilà hein. Je sais pas si ça intéresse vraiment quelqu'un.
Je taggue donc Franck, La comète, La braudélienne pour la secouer un peu, Alice même si c'est pas ton genre de répondre à ce genre de choses, Romain, et puis c'est tout, y aura pas de sixième.

lundi 18 février 2008

Alain Robbe-Grillet est mort

La grippe, une trachéobronchite, une cure d'antiobio et 72H à l'horizontal plus tard, me voilà bien peu avancée. J'ai pris 5 jours de retard sur mes corrections de texte, râté 1 jour et demi de boulot et 2 jours de révision pour le Capes.

En gros, va falloir que ce week end passé sous la couette avec 39 de fièvre et du paracétamol à foison me requinque suffisamment pour que je tienne le coup jusqu'au 17 mars prochain. Parce qu'il ne reste plus que 4 semaines avant Arcueil et ses réjouissances. Et même si je suis évidemment la plus douée de ma promo, il va sans* dire, c'est loin d'être gagné. Je ne sais plus quel grand artiste de qualité disait "Tant qu'on rêve encore, rien n'est perdu". Mais je ne crois pas que j'en rêve encore, c'est bien ça, le problème.



En ce moment, tout le monde a l'air un peu malheureux. L'hiver n'en finit plus.
En plus Alain Robbe-Grillet est mort.
Le monsieur qui avait écrit cette grande phrase:
" Il n'y a pas de chef-d'oeuvre dans l'éternité, mais seulement des oeuvres dans l'histoire."

Je vous conseille de lire Les Gommes.
J'avais adoré.
Évidemment, il a vendu moins de livres que Henri Salvador avait vendu de disques. C'est comme ça que TF1 minute les hommages aux grands hommes.

Éteignons nos téléviseurs, ouvrons nos livres.

jeudi 14 février 2008

Connais-tu Zazon?

Zazon a vraiment un sacré grain. Elle me fait rire et franchement en ce moment ce n'est pas du luxe. Appréciez donc par vous-même.

mercredi 13 février 2008

Nervous breakdown


Rappelez-vous, je vous avais déjà parlé ici de mes solutions contre la crise de nerf caractérisée. La seat-down shower: assise sous le pommeau de douche, un disque de Sigur Ros en boucle avec des bougies, un thé au jasmin sous la couette...). Aujourd'hui, je vous présente mon tout nouveau antidépresseur, il est beau, il est au coin de ma rue et il s'appelle Habitat.
La Guirlande lumineuse Cherry Blossom by Tsé Tsé que je lorgne depuis au moins quelques années est enfin accrochée fièrement à un mur de mon appart. Je la regarde avec des yeux qui pétillent et un fin filet de bave le long du menton. Qu'elle est belle ma guirlande...

Comme quoi, ça a du bon quelque fois de se sentir à bout.

Il faut bien que je compense mon workaholism par des choses très matérielles. Et c'est quand même mieux que 6 quarts de Lexo.

mardi 12 février 2008

Envie de quoi ?


Je bossais ce week end sur l'interview d'un grand styliste et celui-ci racontait son addiction pour le travail. Il était 2H22 du matin, j'étais assise à mon bureau depuis 11H et il parlait de son rythme tuant. A travers lui, c'était un peu de moi dont il parlait. Bosser, dormir. Dormir, bosser.

Avec son petit accent et le yeux pétillants que je lui imagine facilement...
"Je dors et je travaille. Je travaille, je dors. J’ai envie maintenant de faire des autres choses. J’ai envie de prendre du temps, j’ai envie de voir des films, j’ai envie de voyager un petit peu plus, j’ai envie de rencontrer des gens intéressants. "

Moi aussi.
J'ai envie de voyager, j'ai envie de rencontrer des gens intéressants, j'ai envie de lire des livres stupéfiants, de danser jusque tard dans la nuit, de dormir à la belle étoile. J'ai envie de tomber amoureuse de chansons et de les écouter en boucle toute une soirée comme pendant l'adolescence, de les chanter en faisant mes courses, de croquer une cerise sans me soucier des caméras de surveillance. J'ai envie de sourire à mon voisin lourdingue dans l'ascenseur. J'ai envie de goûter à la chaleur de mon oreiller pendant des grasses matinées lumineuses et de profiter de la même manière des nuits plus courtes. Besoin de rien, envie de tout comme dirait (presque) l'autre.


Purée... on dirait un billet écrit par Amélie Poulain mon truc !

lundi 11 février 2008

«La littérature ne permet pas de marcher, mais elle permet de respirer.»


Je suis complètement fan de notre ami Roland Barthes et il me le rend bien. Je bouquinais un truc comme ça l'air de rien et je suis tombée sur une de ses phrases et comme à chaque fois, je me suis empressée de la noter quelque part regrettant de n'avoir pas vécu à la même époque que lui.

"Je revendique le droit à l’ignorance."

  • Celle-ci ouvre mon agenda:
" Ceux qui négligent de relire s'obligent à lire partout la même histoire"
  • Celle-ci est inscrite dans un petit cahier rouge:
"JE T’AIME est sans nuances. Il supprime les explications, les aménagements, les degrés, les scrupules."
  • Celle-ci m'a souvent rendue perplexe:
"Comme jaloux je souffre quatre fois : d’être exclu, d’être agressif, d’être fou et d’être commun."
  • Celle-ci est gravée dans ma mémoire:
"Le dictionnaire est une machine à rêver."
  • et cette dernière est ma préférée:
"Ecrire c'est ébranler le sens du monde, y disposer une interrogation indirecte, à laquelle l'écrivain, par un dernier suspens, s'abstient de répondre. La réponse, c'est chacun de nous qui la donne, y apportant son histoire, son langage, sa liberté."



À lire et à épuiser:
Qu'est-ce que la critique ?
S/Z
Fragments d’un discours amoureux

samedi 9 février 2008

Pink chantiers invite Silvain

Silvain en avait gros sur la patate mais rien pour se lâcher. Dans un grand élan de générosité, je lui ai offert de publier son coup de gueule sur Pink chantiers. Il a répondu positivement à mon cadeau d'espace libre. Bonne lecture !



Euro Millions, l'hameçon en or !

Si je proposais à 10 amis de me donner chacun 10€ afin que je tire au sort l'un d'entre eux pour lui donner 50€, tous me prendraient pour un fou et me traiteraient d'«arnaqueur»… Alors pourquoi quand l'État fait-il cela à (très) grande échelle, via une société dont il est l'actionnaire grandement majoritaire (72%!), tout le monde se fait-il avoir ?

V
ous l'aurez compris, je veux parler de l'Euro Millions, du LOTO®, des jeux d'argents et de la Française des Jeux en général !
Tout le monde parle de ce formidable gain de 130 M d'euros, la cagnotte du dernier Euro Million en date. Mais faisons le calcul…
L'an dernier, la FDJ a généré un chiffre d'affaire de 9.5 milliards d'euros ! Ce gain, qui paraît donc fabuleux au premier abord (et qu'elle partage avec 9 autres sociétés européennes du même type) représente donc moins de 1.4 % de son dernier CA. Car ne nous y trompons pas, le grand gagnant dans cette affaire, c'est l'État.
On nous parle souvent des gagnants de ces tirages à grande échelle, de la belle vie qu'ils mènent à présent ; on entend leur témoignage, les tensions que ça a engendré avec leurs anciens amis, la joie qu'ils ont eu de pouvoir quitter leur boulot de misère (car ce sont bien souvent ceux là qui jouent à ces jeux, les gens aisés préférant taquiner la bourse, bien plus lucrative à long terme).
Pourquoi ne nous parle-t-on pas de ceux qui, après avoir joué des années, y ont mis des milliers d'euros sans jamais rien gagner ? De ceux qui sont dans une détresse financière à cause de leur addiction aux jeux (de grattage en particulier) ? Ceux-ci se comptent par milliers, plutôt même par centaines de milliers, et c'est leur malheur qui a fait le bonheur de ces quelques-uns dont tout le monde parle.

Dernière chose, et non des moindres… Saviez-vous que la FDJ, par complaisance de l'État, a le monopole des jeux d'argent sur tout le territoire français ? Eh oui, vos parties de poker entre amis, si elles font rentrer de l'argent en jeu et qu'elles court-cicuitent cette société sont illégales. Impossible donc, de devenir escroc professionnel ; la place est déjà prise… et bien gardée !

Par Silvain

vendredi 8 février 2008

VOUS mag night: le compte rendu

C'était donc hier soir que se déroulait au Com'antes à Montorgueil la soirée VOUS mag. Une grosse soixantaine de personnes, des brochettes de bonbons, des cakes au jambon et nous.

Évidemment mauvaise comme je suis, j'avais oublié mon APN dans mon autre sac. Mais la directrice de la publication Adeline Pétric a fait des photos, je vous rassure. Certains artistes présentés dans le mag sont venus trinquer avec nous: Izé (n°1), Raphaël Zweifel (n°2), Marguerite Sauvage (n°2) ... La dream team de VOUS mag presque au complet: Sylvie, Géraldine, Céline, Saliha, Greg, Damien et Cécile.
J'ai pas bu d'alcool et j'ai slalomé avec mon mini-moleskine pour noter des noms et des numéros de téléphone.
Bilan des courses: de nouveaux contacts média, des nouveaux talents à promouvoir, des nouvelles têtes bien sympatoches et les amis qui sont venir me/nous soutenir dans cette aventure risquée mais faut bien le dire: exceptionnelle.

J'ai vraiment hâte de vous présenter le numéro 3 ( à paraître mi-mars). Nouvelle maquette, nouvelles rubriques, nouvelles plumes. Parce que c'est évidemment en forgeant que l'on devient forgeron.

Toujours est-il que le numéro 2 se trouve encore dans les Relay et qu'il vous attend...

mardi 5 février 2008

Second Hand songs

Giraudoux affirme dans Siegfried et le limousin que le plagiat est la base des littératures. Mais pire que le plagiat, il y a le remake.

Érigé en art par nos amis les hollywoodiens, le remake c'est faire un copier/coller vite fait bien fait en modifiant deux-trois trucs qui dépassent. Les Ailes du désir du génial Wim Wenders et son noir et blanc brut se transforma ainsi en La cité des anges version blond venitien et plage dorée. Que l'on soit pour ou contre, le phénomène remporte un franc succès. Comment faire du neuf bien avec du vieux affreux ? L'explication en chanson.

1. Alanis Morissette reprend The Humps des Black eye peas.
I drive these brothers crazy, I do it on the daily, They treat me really nicely, They buy me all these ices Dolce & Gabbana
Version originale: C'est bling bling, c'est dodu et c'est Fergie qui montre ses seins.
Version remake: Plus proche de la parodie, la version d'Alanis est plus lente et plus dramatique aussi. L'intro au piano remplace les breaks, la voix ne chevrote pas mais glisse. Ce serait presque joli comme ça. Quant au clip, il est juste énorme.



2. Cat Power reprend New York New York de Frank Sinatra
Start spreading the news I'm leaving today I want to be a part of it, New York, New York These vagabond shoes Are longing to stray And make a brand new start of it.
Version originale: Frank a la patate et les cuivres aussi. On se croirait à Broadway, d'ailleurs on y est.
Version remake: Langoureuse et ultra sensuelle, Chan Marshall réinvente le titre phare selon ses propres codes. Une guitare et une basse ultraprésente malgré un minimalisme assumé. Le tout avec l'accent américain sudiste.



3. Yaël Naïm reprend Toxic de Britney Spears
Baby, can’t you see, I’m calling A guy like you Should wear a warning It’s dangerous I’m fallin’
version originale: Britney se prend pour Jennifer Garner dans Alias. ça sent la petite fille qui rêve d'être un agent secret mais ça reste mignon. La miss a encore la pêche et le goût de la mise en scène, c'était le bon vieux temps.
version remake: Yaël Naïm au piano avec un petit accent frenchy. Une chanson épurée, un piano qui gronde et une voix ultra-féminine qui s'étire sur la fin de chaque vers. Le tout avec du rythme. Perfect.



dimanche 3 février 2008

Constat désillusionné sur la race humaine

On s'est fait bouffer par notre société capitaliste. Elle régit et créé les codes de notre existence. On fait ce qu'elle nous dicte, on obéit à ses règles du jeu. Notre horizon d'attente se conjugue en euros et on ne bouge plus que pour encaisser son chèque. Vous reprendrez bien un petit rail de coke?


Allez un petit Cat Power.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...