samedi 31 mai 2008

Comme de longs échos ...

En rentrant de la Maison de la culture de Bobigny où j'ai vu le très bon spectacle de Nicolas Bigards ( Chroniques du bord de scène jusqu'à demain soir à la Maison de la culture de Bobigny ), vu que la batterie de mon ipod était à plat et que je n'avais pas franchement envie de m'endormir pour me réveiller à Place d'Italie, j'ai commencé à décortiquer un poème de Baudelaire.


Correspondances, pour être plus précise. Avec mon crayon à papier, j'ai commencé à entourer, souligner, annoter, gribouiller. On entoure les connecteurs logiques, on souligne les motifs qui se répondent, on grise les conjonctions de coordination qui se répètent, on annote dans la marge les figures de style repérées; on gribouille verticalement et horizontalement et de biais aussi. J'adore faire ça, je déshabille le poème comme je dépiauterais une orange. En quelques minutes, mon texte était devenu une carte mystérieuse recouverte de hiéroglyphes.
Mon voisin qui avait assisté à cette scène aux accents maïeutiques, se tourna alors vers moi et me dit: Vous donnez envie de retourner à l'école !
Je lui ai demandé immédiatement de me signer une décharge à présenter le 29 juin au jury du CAPES.



© Titre. Baudelaire, Les Fleurs du mal " Correspondances"




et aussi:
Vote On My Photo!

A blue dress for a blue sky
by appoline



2 commentaires:

K-rlaette a dit…

T'as pris le numéro de la bête ou t'es la reine des couillonne???

Elsa a dit…

Je fais pas de racolage actif moi :p et pis ça va hein, je saute pas sur tout ce qui bouge non plus :)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...