dimanche 22 juin 2008

Wesen ist was gewesen ist

MoMA. Mai 2008. New York

"Etre, c'est avoir été" a dit le phénoménologue allemand Hegel.

Hier, je me suis mise au vert avec M. à Bretigny sur Orge. Histoire de pouvoir bosser au soleil entourée par le chant des oiseaux et le ballet des peupliers. L'air frais, l'herbe verte... Le sentiment qu'à chaque jour suffit sa peine et que cette semaine pour ma part j'avais donné plus que de raison. Alors que je lisais une étude sur l'autoportrait et l'autobiographique écrite par Dominique Viart, j'y ai trouvé une sorte d'explication à cette écriture introspective publique quasi-quotidienne que je tape comme une grande respiration sur mon laptop.

"Le sujet est en effet le produit de son histoire. Ce que je suis, je le suis devenu en traversant un certain nombre d’expériences qui m’ont fait ainsi. D’où la nécessité de se raconter, même dans l’autoportrait. "

A1 se demandait l'autre jour ce qui pouvait pousser quelqu'un à écrire un blog. Mis à part l'exercice de style et le côté psychanalysant de la chose, j'imagine qu'il n'y a pas vraiment d'explication sauf peut-être le côté rituel du geste pour celui qui écrit et celui qui lit. En début de semaine, de décharger ici quelques grammes de l'énorme mal-être qui m'enserrait m'a fait du bien. D'avoir pris la décision de faire ce que je pouvais pour transformer la mélancolie en rage m'a aidé aussi.
Au terme de cette pénible semaine, je me dis que parfois il est bon de se forcer à faire un appel du pied pour remonter à la surface. Mon visage pâle comme un linge a retrouvé quelques couleurs. Et si je sais que le sourire au bord de mes lèvres représente plus un exercice mécanique qu'un geste spontané, même si je n'ai pas retrouvé l'appétit alors que je suis morte de faim, je me dis que les choses s'arrangent, que les nuages sont éphémères et que la vie est trop courte pour être malheureux et souffrir de se poser des milliers de questions aux carrefours.

3 commentaires:

Hey You !!!!! a dit…

Lorsque j'ai du chagrin ou du tourment, voilà ce que me chante ma mamie M.:

"Dans la vie faut pas s'en faire. Moi je ne m'en fais pas. Toutes ces petites misères seront passagères. Tout ça s'arrangera"

Il m'arrive de la fredonner lorsque je suis malheureuse... comme une espece de formule magique que l'on scande pour mettre fin au sortilege !

Olivier a dit…

Essen veut dire manger, non ? Ce n'est pas "sein" le verbe être ? ;)

Elsa a dit…

Y avait effectivement bourrade sur le titre mais en fait la formule visiblement c'est "wesen ist was gewesen ist" :)
merci ;)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...