samedi 28 juin 2008

Les oraux du capes J-1

Par petits bouts - 25/VI/08


"Je ne sais ni ce que je suis, ni ce que je fais, ni ce que je désire: je suis déchirée par mille mouvements contraires."écrit Marianne dans Lettres d'une religieuse portugaise de Guilleragues.

Hier à la bibliothèque, j'ai rapidement analysé 23 textes littéraires. Bossuet, Chateaubriand, Valéry, Baudelaire, La Fontaine, Madame de Sévigné, Louise Labé, Robbe-Grillet, Balzac, Flaubert, Madame de La Fayette, Rousseau, Sponde, Choderlos de Laclos... Un véritable défilé littéraire dans la BU de la Sorbonne. Et puis je suis tombée sur lui. Théophile de Viau. Un mec qui date pas d'hier, qu'on aime pas trop, nous, les gens du CAPES mais dont le poème érotico-baroque m'a bien plu sur l'instant. Un texte simple, sensuel et imagé comme devraient l'être toutes les déclarations d'amour. Même les plus ridicules, n'est-ce pas monsieur Pessoa?

Stances

Quand tu me vois baiser tes bras,
Que tu poses nus sur tes draps,
Bien plus blancs que le linge même;
Quand tu sens ma brûlante main
Se promener dessus ton sein,
Tu sens bien, Cloris, que je t'aime.

Comme un dévot devers les cieux,
Mes yeux tournés devers tes yeux,
A genoux auprès de ta couche,
Pressé de mille ardents désirs
Je laisse sans ouvrir ma bouche
Avec toi dormir mes plaisirs.

Le sommeil aise de t'avoir
Empêche tes yeux de me voir,
Et te retient dans son empire
Avec si peu de liberté,
Que ton esprit tout arrêté
Ne murmure ni ne respire.

La rose en rendant son odeur,
Le soleil donnant son ardeur,
Diane et le char qui la traîne,
Une Naïade dedans l'eau
Et les Grâces dans un tableau,
Font plus de bruit que ton haleine.

Là je soupire auprès de toi,
Et considérant comme quoi
Ton oeil si doucement repose,
Je m'écrie : Ô ciel ! peux-tu bien
Tirer d'une si belle chose
Un si cruel mal que le mien ?

Théophile de Viau, Stances

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...