vendredi 19 septembre 2008

Quelque part vers l'Est

On ne sait pas toujours à l’avance où nous mène un voyage. C’est, sans nulle doute, dans cette zone d’incertitude que réside tout l’intérêt de l’exil. En partant de Paris, je m’étais imaginée une Hongrie immense, froide et post-soviétique, je me suis retrouvée dans un petit pays baigné de soleil aux allures de grand village, où les gens sont souriants, gentils, serviables, où les hommes sont galants et l’architecture baroque sans être chargée.
Alors que j’imaginais un voyage introspectif avec de longues soirées solitaires et glaciales, je me retrouve devant un périple dans lequel les activités, les sorties, les excursions, les rencontres sont plus abondantes chaque jour. Et si les pays de l’Est ne sont pas « confortables » pour une Européenne de l’Ouest comme moi, si je préfère vraiment le Douro au Danube, si la Daurade grillée me manque vraiment, il y a quelque chose dans l’air hongrois qui me plaît.
Je ne sais pas encore quoi. Il me reste 10 mois pour le découvrir....

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...