jeudi 8 janvier 2009

And here we are still fighting for our lives


New York City, mai 2008

Je ne sais pas du tout comment une chanson d'Ozzy Osbourne est arrivée dans mon ipod, mais elle est plutôt pas mal. Elle s'intitule Dreamer.

U
ne chanson sur l'insatisfaction et qui, surtout, interroge le décalage entre ce qu'on rêve de sa vie et ce qu'on en fait. Un sujet qui me taraude continuellement. Mon talon d'Achille, pour ainsi dire. Je suis tombée dessus alors que je regardais la neige fondre sur les trottoirs baignés de soleil depuis le bus. C'était assez étrange de voir devant moi la communion parfaite de la musique et du paysage. Et puis, c'est aussi assez bizarre d'avoir le sentiment de dialoguer avec des notes de musique... C'est devenu une habitude, d'ailleurs.
Je ne sais pas vous, mais j'ai tout le temps peur de passer à côté de ma vie. Ce sentiment fantomatique m'accompagne dans presque toutes mes décisions. En amour, en amitié, avec l'argent, avec le travail... L'envie de ne jamais passer à côté de rien, de toujours prendre le wagon quand il ouvre ses portes devant mes pieds. C'est comme ça que je suis partie à New York, que j'ai accepté le poste en Hongrie, c'est pour ça que je n'arrive pas à consacrer ma vie à une seule occupation, que je virevolte sans cesse...
C'est comme ça que parfois je fais des erreurs, mais ces erreurs-là sont rarement celles que je regrette.


I'm just a dreamer, I dream my life away, today
I'm just a dreamer, who dreams of better days, ok
I'm just a dreamer, who's searching for the way, today
I'm just a dreamer, dreaming my life away

2 commentaires:

Anonyme a dit…

rien de pire que les gens paralysés par la peur: c'est plutôt bien que tu te lances

K-rla a dit…

Biendit sisi!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...