mercredi 28 janvier 2009

Georges

Un de mes amis m'a envoyé un mail aujourd'hui.
Où est la belle, grande et forte Europe ?



"Georges, un Camerounais que j'avais rencontré il y a quelques mois ici à Veszprém ( une ville hongroise à l'ouest de Budapest). Reparti à Vienne pour régler ses formalités de permis de séjour, il a décidé de faire une demande d'asile politique pour accélérer la procédure ; cependant, dès qu'il formula sa demande, il fut transféré de Vienne à Békéscsaba sous escorte policière. Il est aujourd'hui en détention (dans des conditions de vie déplorables), le temps que sa demande soit examinée par les autorités de l'immigration.
Il est est entré tout à fait légalement dans l'espace Schengen mais sa demande d'asile politique en a fait un individu suspect aux yeux des autorités autrichiennes. Pourquoi a-t-il été transféré de Vienne à Békéscsaba ?
D'après mes recherches, la convention de Dublin (Dublin II), mise en place il y a seulement quelques années, vise à répartir le "fardeau" des demandeurs d'asile entre les différents pays européens. En effet, la France et l'Allemagne reçoivent beaucoup plus de demandes que les autres pays en raison du taux d'acceptation des demandes d'asile politique (autour de 20%) ; par la convention Dublin II, les pays qui ont beaucoup de demandes peuvent transférer un nombre important de réfugiés dans les pays nouvellement entrés dans l'Union Européenne. Or, ces pays (en l'occurrence la Hongrie, la Slovénie, la République tchèque, la Bulgarie...) n'accordent le droit d'asile qu'à hauteur de 1 à 3 % de demandes formulées. Autrement dit, cette convention Dublin II est un expédient tout trouvé pour transférer des demandeurs d'asile dans des pays où leur demande sera, dans l'écrasante majorité des cas, refusée ; ces demandeurs, dont fait partie Georges, seront ainsi reconduits dans leur pays d'origine. C'est ce qui menace Georges de façon imminente.

Georges est journaliste et professeur d'allemand. C'est un homme brillant et avisé, qui veut seulement poursuivre son doctorat de linguistique dans une université européenne. Le département d'allemand de l'université de Veszprém avait d'ailleurs accepté sa proposition ; néanmoins, les contraintes des formalités d'immigration ont grandement compromis ses projets."



Pour l'instant il souffre, et j'aime à croire que nous tous, citoyens du monde, nous avons le droit au bonheur où que vous voulions aller.
Si vous connaissez des juristes ou des associations s'occupant de tels problèmes, n'hésitez pas à m'en parler. Si vous avez des idées ou envie d'envoyer un mail à Georges, je transférerais. Je redonne mon mail au cas où: lacooperative@gmail.com

Merci pour lui.
Elsa

2 commentaires:

MC 93 a dit…

Tu le connais bien ce monsieur? Est il bien traité? Vas t-il bien?

Bises.

MC 93

Elsa a dit…

Il m'a répondu ce matin en me disant qu'il gardait espoir. Nous avons contacté le Haut Commissariat des refugiés a Budapest et j'espère que ça va débloquer la situation :)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...