dimanche 25 janvier 2009

I'm free at last

Dans une ville où les bus de nuit sont un mythe, rentrer à pieds à 3h du mat est monnaie courante. La plupart du temps, ça me gave mais de temps en temps, j'aime bien. Je mets de la musique qui chantonne et carillonne dans mes oreilles et je sautille en chantant à tue-tête.

Matyas Kiraly Utca, Eger, 24 janvier 2009

Hier l'alcool aidant, sur le chemin pour rentrer chez moi, j'ai sauté sur toutes les flaques d'eau que je voyais en sifflant du Gainsbourg. C'était amusant d'avoir l'âge mental de Mimi Cracra. Personne pour me regarder tremper mon jean avec de la neige fondue, personne pour s'agacer des fausses notes, personne pour juger, pour rire, pour regarder, pour m'emmerder. C'est aussi pour ça que j'aime bien Eger, que j'aime être loin de chez moi. Une forme de liberté liée à un mélange de solitude et de tranquillité. Et tout d'un coup dans ma tête entre deux bulles de vodka, j'ai eu l'idée de prendre quelques clichés de ma ville plongée dans la nuit muette...Un genou posé sur le sol et les étoiles industrielles étaient capturées.




2 commentaires:

Mr. D @1/2 a dit…

trop stylé !!

Anonyme a dit…

Elles sont très jolies, très mélancoliques tes photos.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...