mercredi 11 février 2009

Avec elle

Cette semaine, l'air est différent. Quelque chose a changé. Le printemps a essayé une percée mais l'hiver l'a avalé très vite. Le jour de la marmotte n'a pas encore sonné. On se rendort, on attend, il ne va plus tarder.

En ce moment, ouvrir mes mails c'est comme jouer au loto, j'ai le coeur qui bat à chaque fois mais dimanche soir c'était plutôt une belle surprise qui m'attendait. La belle surprise je ne vous l'expliquerais pas, elle ne m'appartient pas et franchement je crois que pour l'instant je n'ai même pas envie de la partager. Sachez juste que parfois, la vie est vraiment belle.

Toujours est-il qu'hier, j'ai décidé d'aller à la piscine en vélo, j'avais pas vraiment calculé qu'il neigeait dehors et j'ai franchement galéré pour y arriver. Et pendant que je pédalais sur le manteau blanc gelé, Grand Corps Malade s'est invité dans mes oreilles, ça tombait d'ailleurs très bien parce que je ressentais exactement ce qu'il me disait. Grâce à ce décor endormi et cette musique psychanalysante, je me suis sentie vraiment ailleurs...
Il est assez incroyable ce sentiment. Comme si celui qui tenait le stylo à l'autre bout de l'ipod avait sondé votre coeur avant de coucher ses mots sur les notes de musique.

bref voici un extrait.


" Alors on se souffle dans le dos pour se porter les uns les autres
On s’est compris sans même s’entendre chaque fois qu’on a commis de fautes
Et puis c’est en équipe qu’on a traversé les hivers
Et les étés ensoleillés, les barres de rire et les galères
Ils m’ sont devenus indispensables comme chaque histoire a ses héros
Ils sont devenus mes frangins, mes copains , mes frérots. "



Ma mère m'a dit une fois qu'on ne pouvait jamais faire confiance aux gens, même pas à ses amis. Elle m'a appris qu'on était toujours déçu au final, qu'on était toujours seul dans la vie.
Mais voilà aujourd'hui, je n'y crois pas. Je serais peut-être blasée un jour à force de me tromper sur certaines personnes, à force de trahisons et de déceptions, mais tant que certaines personnes seront là, et tant que je serais là pour elles, même sur un autre continent, même dans une autre ville, je prendrais les paroles de ma mère pour ce qu'elles sont.


2 commentaires:

la comète a dit…

il est bon d'être heureux parfois :)

... a dit…

Et moi, je t'attends pour changer de continent :)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...