samedi 21 mars 2009

Ao longe, o mar.

J'adore mettre des titres en langue étrangère, je trouve que ça me ressemble bien. Moi qui, ces temps-ci, suis au carrefour de 4 langues. Après "Quoi de neuf ?" en hongrois hier, le titre du jour est portugais, tiré d'une chanson de Madredeus et signifie "Au loin, la mer".




En commençant ce billet, j'avais une idée précise de ce que j'allais y écrire, vous expliquez par A+B un truc que j'ai compris cette semaine sur moi et mon inconscient. Un truc du genre: il faut souvent se dire deux fois au revoir pour réussir un jour à se dire Adieu sans souffrir. Au final, même si un blog est un miroir tourné vers soi, il y a des choses que je n'ai pas envie de taper sur mon clavier, de livrer, de divulguer, de rendre public. Le pacte de lecture est clair, je m'y soumets.
Tous les mois, j'ai envie d'abandonner ce blog, ne voyant pas l'intérêt d'un tel geste aussi publico-privé, jugeant cette logorrhée parfois bien inutile, égocentrique, vaine, lassante. Et puis je me suis rendue compte que finalement il n'y avait que mes amis qui lisaient mon blog et que de fait, ils avaient une petite fenêtre ouverte sur ma vie. Quant au fait qu'écrire, représente pour moi une bouteille d'oxygène, je ne vous en parle même pas.
Mais ne vous méprenez pas, si je culmine avec ce billet à 902 articles sur ce blog, j'ai parallèlement des cahiers entiers noircis d'encre.
Ils ne racontent absolument pas la même histoire, et pourtant la plume est bien la même.




2 commentaires:

Olivier a dit…

Non non, il n'y a pas que tes amis qui lisent ce blog, on ne se connaît pas mais j'apprécie ta plume.

Elsa a dit…

Merci, ça me touche beaucoup :)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...