mardi 19 mai 2009

The force of the blow


Now I can't change the way you feel
But I can put my arms around you


Ou pas.
Vivre à l'étranger, c'est laisser ses amis de l'autre côté.
Et c'est vivre dans une nouvelle vie où forcément, il n'y en a aucun.
Bien sûr, des relations se tissent, et parfois beaucoup plus rapidement qu'ailleurs; mais rien n'est jamais pareil.
Pas un jour sans que je pense à eux mais voilà, quand ils ont des trous dans l'estomac, l'envie de vomir leur cœur, plus aucune force pour avancer, je n'ai malheureusement que le 2.0 pour faire entendre la chaleur tendre de mes bras.
Mon tee-shirt ne peut pas servir de mouchoir, ni mon épaule de confesse. Aucun moyen pour eux de prendre mon énergie pour pouvoir faire un pas demain. Et pourtant, je suis là.

5 commentaires:

Thomas a dit…

ça sent le retour... en juin c'est ça?

Grognon a dit…

Et vice-versa ! :-)

G versus C a dit…

si,si... tu es là ...

Elsa a dit…

@thomas: juin ou juillet: ça dépend de la conjoncture :p

@grognon: :)*

@G: et tu es là.

K-rla a dit…

Je reviens fin septembre moi, on se voit quand alors ?????

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...