mercredi 30 juin 2010

De l'art de regarder ses chaussures dans le métro et d'aimer son ipod à la folie

Et merde, maintenant que le Portugal n'est plus en lice pour la Coupe sur qui vais-je porter mes espoirs de réussite ? Le Ghana bien sûr ! Allez, on y va, on se bat !

Mais je ne vais pas non plus passer mon précieux temps parisien à regarder des matchs, non non. C'était ok sur les bords du Danube quand il faisait 16°C et qu'il pleuvait comme si les nuages épluchaient des oignons. Non, à Paris: pas de petit écran. À Paris: des ruelles remplies de tentations, des copines avec qui manger des salades vertes, du temps à décortiquer les librairies, 3 semaines pour tuer 6 mois de saudade comme on dit à Lisboa.
J'adore Budapest, ses bars arty, ses bains thermaux, ses limonades artisanales à l'orange... mais Budapest ne remplacera jamais Paris dans mon cœur. Et ceci même si le Coca-cola zero coûte trois fois plus qu'en Hongrie, même si ici j'ai la sensation constante d'avoir ma tête dans un pot d'échappement, même si le métro pue la mort.

Et pourtant à Paris quand même, certaines choses bizarres arrivent. À Budapest, je ne me fais (par exemple) jamais aborder par un inconnu dans la rue. Ici, si je ne regarde pas mes pompes dans le métro, à coup sûr un type viendra poser son cul près du mien, me postillonner des propositions inutiles à l'oreille et m'empêcher de réécouter pour la centième fois Live Like Horses, un duo de mecs que je n'aime pas spécialement (j'ai nommé Pavarotti/Elton John) mais une chanson que j'adore, allez savoir pourquoi.
C'est assez drôle quand même que ça me fasse si chier que ça que des inconnus viennent me parler alors que je suis en relation privilégiée avec mon ipod. Même à Eger, dans le bus parfois je sentais bien que des élèves auraient aimé engager une conversation passionnante.Ma tactique ? toujours les chaussures. Je peux les dessiner les yeux fermés.
Suis-je un monstre associable ? Quelqu'un qui préfère réécouter toujours les mêmes mélodies plutôt que partager des banalités météorologiques avec les autres ? Pourquoi est-ce si agréable pour moi d'écouter de la musique ? Pourquoi est-ce que je préfère avoir une amende que laisser mon ipod dans ma poche lorsque je roule à vélo ? Pourquoi j'oublie plus facilement mon porte-feuille que lui ?

Aucune idée, mais c'est comme ça depuis que j'ai 12 ans. Mes parents m'avaient offert mon premier walkman. Un Sony rose. Je me souviens que je ne l'ai pas lâché pendant le voyage en voiture jusqu'au Portugal. Après le Sony rose, j'en ai eu plein de noirs, je me faisais des compils attentive devant la radio. Puis le discman, que j'ai encore d'ailleurs, et enfin les petits Apple.
Toujours dans mon sac, même pour aller au G20 en bas de chez moi.

Une sacrée addiction !

Et une pensée chaude et rassurante pour A. en ce moment à Tours devant une brochette de vieux cons. Comme pour les Ghanéens, On y va, on se bat !


samedi 26 juin 2010

France Inter baisse sa culotte et c'est pas beau à voir

Mais je vous jure quelle belle bande de faux culs dans ce pays. Tous prêts à rallier la cause de Charlie Hebdo et de ses fameuses caricatures de prophète mais qui comme par magie modifient leur grille de programmation après que quelques égos aient été froissés. Deux poids deux mesures, comme on dit.
Bienvenue donc dans un monde où trois matchs de foot ratés engendrent des réunions à la tête de l'état ( tiens donc il n'y aurait pas des insurrections syndicales en ce moment ? Ah je ne savais pas qu'on pouvait être à la fois au four et au moulin...) Bienvenue dans un monde où on supprime les chroniques de certains humoristes alors que des journalistes aux propos plus que douteux pourrissent toujours le petit écran. Zemmour me colle de l'urticaire, mais je le laisse pérorer son venin raciste et misogyne. Bienvenue dans un monde où personne n'a lu (ne comprend?) 1984 de Orwell...

Attention Elsa, Hadopi te regarde.



vendredi 25 juin 2010

Aujourd'hui, je suis à Paris

Aujourd'hui, j'ai vu un mec en kilt sur un Vélib'.
Aujourd'hui, j'ai croqué une pêche en prenant le métro aérien.
Aujourd'hui, j'ai retrouvé mon lit et sa grosse couette douce, mes petites guirlandes électriques, mes livres entassés partout, Tornado dégonflé, de la poussière sur mes colliers de tissu et 6 mois de courrier et d'invitations presse pour des marques de PAP typiquement parisiennes...( GRrrRr )
Aujourd'hui, j'ai fait un slalom olympique dans Orly parce que mon vol avait 1h de retard et qu'on m'attendait à l'autre bout de la ville pour une interview VIP. J'ai sué à grosses gouttes pour rien, mon rendez-vous était plus en retard que moi.
Aujourd'hui le Portugal s'est qualifié et j'ai bien rigolé en voyant que la France prend le ballon rond bien trop au sérieux.
Aujourd'hui j'ai découvert le verbe acerbe et la prose aiguisée de Daria Marx.
Aujourd'hui j'ai réalisé combien Paris me manquait.

jeudi 24 juin 2010

Adieu Eger

La semaine dernière, j'ai quitté la ville qui m'a accueillie il y a deux ans. Sans larmes mais avec beaucoup de bagages et de cadeaux de mes élèves. Une fête bien arrosée avec des élèves qui jonglent avec mes tomates et qui vomissent dans les toilettes... mais surtout des déchirants au revoir et des déclarations d'amour inoubliables.
Pourtant, ce n'était pas difficile de partir parce que je n'avais pas vraiment le temps de réfléchir et puis parce que mes amis proches partent aussi d'Eger. Et puis durant la semaine, je devais ranger mes affaires selon leur destination--> Paris --> Budapest et surtout de manière à ce que je puisse les retrouver facilement. Vive la galère !
Et avec Gy, on s'était prévu des petites vacances au bord du lac Balaton et finalement il a plu comme vache qui pisse avec s'il-vous-plaît du vent qui souffle plus vite que les ballons de Messi et des moustiques en veux-tu en voilà !
Mais avec Gy, on ne s'est pas laissé abattre, on a chopé un rhume à force d'attendre des trains sous des petits parapluies aussi efficaces que des passoires, on a mangé des glaces parfum kinder même avec 16°C et surtout on a regardé les matchs de foot dans tous les téléviseurs de la ville. Merci l'Afrique du sud, ça nous a mis du baume au coeur de voir les portugais et les ivoiriens se taper autant de flotte dans la gueule que nous.
Et demain, je rentre à la maison.
Croissant ---> fromage de chèvre --> baguette tradi chaude ---> les amis ---> les amis ---> les amis.
Yupi !

mardi 15 juin 2010

Pour ou contre les Vuvuzelas ?

Sur Foot chantiers aujourd'hui il y a cet incroyable bruit de moustique qui envahit les stades et Green qui laisse marquer les USA. Quand même !

lundi 14 juin 2010

dimanche 13 juin 2010

L'urbanisme est une drogue

Blogger s'est enfin décidé à proposer une alternative à la dizaine de modèles tristement ennuyeux. Je me suis donc amusée à trouver quelque chose de sympa pour PC. Évidemment, il est plus difficile de choisir. J'aurais bien aimé qu'ils proposent aussi la silhouette du Parlement de Budapest, comme ça les choses auraient été plus exactes.

L'occasion parfaite pour vous annoncer que j'ai finalement trouvé un boulot sur Budapest. Je m'installe donc dans la capitale hongroise avec mon cher et tendre. A moi les bars, à moi les cinémas, à moi les soirées au théâtre, à moi H&M... Rhhhaaaa je REVIS !
Et puis dans 15 jours je reviens sur Paris.

La vie serait parfaite si je n'avais pas à visiter l'hôpital de la ville demain :D

samedi 12 juin 2010

C'est parti pour les bières, le pop corn et le drapeau portugais !

Il m'arrive toujours quelque chose quand je passe le week end chez Gyuri, cette fois-ci je me suis coincée une vertèbre et même après une énorme piqûre de voltaren dans le dos, je ne peux toujours pas me lever sans de l'aide... Ma vie est un Vidal. Résultat: je prends mon mal en patience, je cherche le mot osthéopathe en hongrois et je regarde le foot. J'attends le 15 avec impatience! Força Portugal !

lundi 7 juin 2010

Elsa médaillée

Un lien qui ne fonctionne pas, c'est un blog blanc :D
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...