lundi 25 octobre 2010

Parce qu'il n'est pas juste question d'homosexualité, mais d'humanité avant tout.

Certaines choses vous touchent plus que d'autres parce qu'elles parlent plus sincèrement que d'autres, parce qu'elles parlent de choses universelles, de l'injustice tenace, de la barbarie éternelle mais avec douceur, tact et justesse. Certaines choses devraient pouvoir toucher les autres comme elles vous touchent vous mais malheureusement ce n'est pas toujours comme ça.

2 adolescents sur 3 qui se suicident le font parce qu'ils n'arrivent pas à faire face à leur homosexualité, parce qu'autour d'eux ils ne voient que le mépris de la différence, que l'incompréhension, la haine et l'intolérance. 2 adolescents sur 3 qui se suicident se tuent parce qu'ils ont le sentiment d'être des monstres, parce qu'on leur dit qu'ils le sont. 2 adolescents sur 3 qui se suicident sont homosexuels et l'homosexualité ne devrait pas tuer des enfants.

Joel Burns, élu texan, a durant un conseil municipal raconté son histoire, voici la vidéo de cette poignante et pertinente allocution. Un discours que l'on devrait faire passer dans toutes les écoles pour qu'enfin le mot "pd" ne soient plus une insulte, mais juste une préférence sexuelle.


dimanche 17 octobre 2010

Du bleu pour l'eau, du blanc pour le ciel et du rouge pour les feux





J'ai un léger retard sur ce coup-là, vous en conviendrez. Mais en reclassant mes photos je me suis dit que ce serait sympa de poster quelques clichés ici. Le 14 juillet dernier, jour de fête nationale, j'avais pris mon canon et parcouru Paris avec Balint et Gyuri. On avait marché comme des fous, du Sacré Cœur à l'Arc de Triomphe en passant par la ligne 14 du métro pour sauter dans le Futur. Le matin il a plu des cordes, l'après-midi il faisait un soleil plein. Allez comprendre la météo parisienne !


En se baladant sur les quais, on avait même vu des Zodiacs sur la Seine. L'armée organisait des petites balades sur le fleuve et on a jamais rigolé autant qu'en tenant fort les cordes et regardant le Musée d'Orsay depuis l'eau. Je vous conseille d'ailleurs vivement l'expérience, c'est assez magique.


Quant au feu d'artifice, je cherche toujours le lieu idéal pour ne pas en rater la moitié !
Si vous avez un autre plan que le champ de mars je suis preneuse !

mardi 12 octobre 2010

La tendresse du sucre





Si je devais choisir un mot qui qualifierait ma vision de ce que j'aime le plus dans la culture française je dirais "Gourmet". Si j'aime le côté révolté, le chic, j'adore surtout cette culture de la belle gourmandise. Les boulangeries soignent leur pâtisserie, certaines assiettes font de l'ombre à l'art moderne, les packaging rivalisent de créativité. Une petite framboise posée sur un fin capuchon de caramel, des petits nuages violets sur une boîte de thé detox. Tout pour que l'on craque.

J'ai donc fait un tour dans la très médiatique pâtisserie japonaise avant de me poser sur un banc et regarder les joggeurs suer leur journée en faisant des cercles dans le jardin du luxembourg. Rien de mieux que croquer une génoise chocolatée sous un rayon de soleil d'automne.



Et parce que les religieuses au chocolat et autres macarons ne peuvent pas se téléporter facilement, j'ai été lâché quelques billets au Palais des thés et chez Kusmi.
Pour tuer la nostalgie, j'aurais de quoi remplir ma nouvelle tasse habitat au boulot !


samedi 9 octobre 2010

Si j'habitais encore Paris...

Je pars mercredi matin et donc je louperai sans aucun doute la sortie de Rêves dansants que je vous conseille vivement d'aller voir.

mercredi 6 octobre 2010

Dis moi ce que tu lis, je te dirai...

J'adore les blogs. Oui. Je lis souvent Guillaume Crouzet , j'adore les photos de Cachemire et soie, je note les bonnes adresses d'Eléonore Bridge, j'apprécie le style de Bérangere Claire, je rigole devant Pénélope Bagieu... Encore plus aujourd'hui que lorsque j'étais parisienne. Je réserve toujours 10 minutes de ma journée à parcourir quelques pages web.




Évidemment comme vous, les blogs de filles ont tendance à me courir sur le haricot, je n'aime pas revoir 5 fois de suite le même paragraphe sur le nouveau e-shop ou sur la collection Garden de H&M... Je déplore souvent l'uniformité de la chose, des couleurs, des photos, du design, des idées et même du verbe. Bien entendu, je ne vous cache pas mes pointes de jalousie quand je découvre que certaines d'entre elles sont invitées à l'autre du bout du monde pour un petit reportage pour leur blogounet alors que moi journaliste pour un magazine vendu 5 euros et au papier brillant je finance mes carnets de voyage... Au bout du compte, au final je suis payée pour mes signes, pas elles, mais bon.

Toujours est-il que même si je vis désormais à Budapest, que de fait je peux trouver assez facilement Le Monde, j'avoue que la lecture de magazine underground, de tendances ou de mode me manque. Mon amour inconsidéré pour ces petits blogs prend sans aucun doute sa source dans ma frustration quotidienne. Oui, je ne peux plus me ruiner au Relay de la gare Montparnasse.

Peut-être qu'au final, je peux y trouver un côté positif ...


dimanche 3 octobre 2010

Wonderwoman


Quand on est enfant, adolescent, étudiant, on ne remarque pas certaines choses. En réalité, on n'en prend pas conscience. Quand j'étais petite, je ne me rendais pas compte du travail de mes parents. Je regrettais par exemple que mon père se fasse avaler par le canapé devant la TV au lieu de faire du français, je râlais sans cesse quand on me demandait de donner un coup de main pour des trucs que je ne trouvais pas de mon ressort.
Aujourd'hui, après mes 40 heures d'asservissement, mes 6 heures de hongrois et mes 2h de cours de français, je dois trouver le courage de faire des lessives, de cuisiner, de ranger mon appart, de lire, d'écrire, de répondre au mail, de vivre encore après tout ça. Je ne trouve du temps pour rien. Je suis submergée par les choses en retard et les choses qui s'ajoutent. Je ne trouve plus mon pouls, je peine à trouver du temps pour prendre ma respiration.
Maintenant, je comprends les crises de nerfs de ma mère, je comprends plein de nouvelles choses, et je dis bravo aux parents du monde entier pour leur patience, pour leur courage et pour leur énergie.
Et je remercie les miens d'avoir supporter mon immense paresse.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...