dimanche 12 décembre 2010

Dolce Farniente

sur la ligne 14, Paris été 2010

Dans le film Eat Pray Love de Ryan Murphy, un personnage s'adresse à un autre en lui disant: "Vous, les Américains, vous travaillez dur toute la semaine et le week end vous restez en pyjama devant la télévision. Nous, les Italiens, on connaît le sens du mot plaisir."

Après avoir ressenti un peu de culpabilité, moi-même étant en pyjama avec mon macbook sur les genoux, je me suis demandée ce que signifiait ce mot "plaisir"et quelle importance il pouvait avoir dans nos vies. Quel pourcentage de "plaisir" doit receler dans telle ou telle semaine.
Par exemple dans ma semaine, j'ai goûté un délicieux cheesecake recouvert d'une mince couche de chocolat au lait, j'en ai lapé jusqu'au dernier grain de mousse., tellement mes papilles se trémoussaient devant les odeurs de citron et de crème... Par exemple, un dimanche soir du mois de novembre, j'ai plongé dans de l'eau à 38°C alors qu'il neigeait à gros flocons dehors. Le plaisir serait-il donc un corollaire de la sensualité. ? Si les sens sont éveillés alors le plaisir ne serait pas loin...

Quelque soit son importance, sa fréquence, ses conséquences sur la couleur de notre humeur, rien que de chercher dans sa mémoire des illustrations vivantes de ce mot de deux syllabes, rend les dimanches soirs un peu moins noirs.


2 commentaires:

Alain a dit…

J'avoue que je cale un peu. Mon dernier plaisir doit être un chewing-gum menthos à double effet. On le fait fondre dans la bouche quelques secondes avant de mâchouiller (y'a peut être une pub mais je regarde peu la télé). Le bain chaud en hivers c'est minimum deux par semaines pour moi. J'ai lu dans une revue de sport qu'un bain quotidien à 7° était excellent pour la récupération.
Pas encore essayé.

Elsa a dit…

un bain à 7°C brrrr impossible ! :)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...