dimanche 17 juillet 2011

Et ce vague sentiment que mon macbook va bientôt mourir

Depuis ma fenêtre, je vois les nuages gris se gorger d'eau, se soustrairent à l'horizon, éviter les gratte-ciel. Des piles de livres attendent d'être lus, des go de films veulent être vus, le temps semble élastique. Dans ces grands moments de silence, où on fixe un point avec ses yeux sans raison, on finit toujours par se demander si cette paix que l'on a attendue autant de temps est finalement ce que l'on désirait vraiment. On a du temps pour lire mais on ne lit pas, de l'espace pour s'étaler sur le lit mais on se recroqueville dans un coin, des minutes à tuer devant un film et pourtant on regarde cette fenêtre, le mouvement du vent dans les feuilles ou le contraire, leur danse dans le vide. 
L'amertume du café fond sur la langue. Le temps se suspend et Bon Iver continue de gratter les cordes de sa guitare. 


Je vous ai dit que sur mon balcon malgré le vent, la pollution et les pigeons téméraires, des groseilles poussaient ? 


1 commentaire:

Ju a dit…

Je me baladais tout a l'heure et je suis tombe sur un poster qui proclamait: "In the end, no one survives" C'est desesperant mais je trouve aussi que ca a un cote tres lumineux. Comme une etincelle, comme le premier humain qui a claqué deux silex. La vie n'est pas un jeu a somme nulle; les groseilles sont faites pour etre mangees.

Observer un peu, mais agir surtout. Laisse les go de films mourir avec ton macbook. Range les livres dans une boite. Choisis une seule chanson sur ton ipod et saute dans le prochain eurostar. Ou sur ton velo, et pedale comme jamais. Mais ne te laisse pas le spleen te convaincre que tu n'as plus le choix.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...