lundi 26 septembre 2011

Fake empire

J'aime vraiment beaucoup Beirut. D'ailleurs je trouve que chaque dimanche soir devrait se finir sur Nantes, une cigarette roulée au coin des lèvres, et Paris qui s'endort encore ivre de son week end. On enlèverait nos chaussettes pour sentir le froid du parquet et on resterait dans le noir à manger des gros bouts de chocolat. La voix de Matt Berninger s'enroulerait autour de nous comme des volutes de fumée. On serait bien. Le temps s'arrêterait. On regarderait les lumières s'éteindre une à une dans l'hôtel en face. On rêverait des voyages qui nous reste à faire, des rencontres qui nous attendent, on aurait plus peur de vieillir, on aurait pas mal d'être seules. On fumerait en écoutant The National. On sentirait que la force prend racine au fond de nous. Les dimanches soirs ne seront plus tristes enfin.


2 commentaires:

Silphi a dit…

Amen to that

E a dit…

:)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...